Accueil Flash ! l’association qui sensibilise les lycéens au retour du loup

l’association qui sensibilise les lycéens au retour du loup

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Perçu à tort comme un nuisible, le loup sera bientôt de retour en France, alors cette association permet aux plus jeunes de se faire leur propre opinion.

Depuis quelque temps, le loup refait surface en Auvergne. S’il n’est, pour l’heure, que de passage, il pourrait bien y être de retour d’ici peu et cette nouvelle est loin de réjouir tout le monde. Alors, pour permettre à chacun de se faire sa propre opinion sur cet animal trop souvent perçu comme un nuisible, une association a décidé de sensibiliser les élèves d’établissements agricoles de la région.

Le possible retour du loup dans cette région suscite de nombreuses craintes parmi les habitants. Voilà pourquoi Réseau Éducation à l’Environnement Auvergne (REEA), née en 2004 et qui participe aux Rencontres Associations et Philanthropes de 1% for the Planet, veut se positionner en tant que « levier essentiel pour bien comprendre, dans tous ses aspects, ce qu’implique le retour de ce grand prédateur sur un territoire. »

L’association de mise en réseau a pour objectif premier de développer l’éducation à l’environnement, et de soutenir des projets éducatifs collectifs et innovants.

REEA expérimente un projet destiné en priorité aux jeunes en établissements agricoles, aux collégiens et élèves de cycle 3. Géraldine Couteau, coordinatrice de l’association, explique ce choix :

« Ce public sera amené à être confronté aux problématiques du loup dans les cinq ans à venir. Et aujourd’hui, il peut avoir une réflexion sur le sujet. Avant qu’il ne soit trop dans l’émotionnel, lorsque des attaques surviennent, par exemple. On doit agir en amont. »

Ainsi, pendant 4 demi-journées, REEA sensibilisera chacune leur tour une douzaine de classes de la région sur le retour du loup. Sorties sur le terrain, rencontres avec des éleveurs ; puis phase de questionnement autour des besoins de l’animal, du tourisme, du pastoralisme ; phase de recherche pour tenter d’apporter des réponses à ces problématiques ; et enfin, restitution des conclusions sous formes d’exposés, de pièces de théâtres ou de reportages : le programme est bien chargé.

Et ce pour une bonne raison, précise Géraldine Couteau :

« On cherche à donner les clés les plus justes pour que chaque participant soit en mesure de se faire sa propre opinion. La question est très complexe, c’est pour ça qu’il est capital de faire intervenir des éleveurs, mais aussi des naturalistes qui expliquent la place du loup dans l’écosystème. »

En plus de permettre aux élèves de se positionner sur la problématique du loup, ce projet leur offre la possibilité d’exprimer leur créativité lors de la phase de restitution des savoirs. Et les premiers essais réalisés auprès de classes de primaires révèlent qu’une fois informés, les enfants ont une toute autre vision de l’animal.

Sophie Ougier, qui est en contact direct avec les jeunes, raconte :

« En début de programme, la moitié des enfants en ont peur, et n’en veulent pas. À la fin, ils comprennent que le loup a sa place, qu’il vit comme un animal, mange des bêtes sauvages, a des mœurs auprès des siens. Tout cela fait que l’enfant va finir par l’accepter. »

l’association qui sensibilise les lycéens au retour du loup

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel