VIDÉO – Première incursion d’Apple sur le marché des montres connectées, l’Apple Watch pourra être essayée en magasin vendredi et achetée le 24 avril. Que vaut-elle vraiment ? Notre réponse après une semaine de test. 

 

Finalement, elle est plutôt élégante à mon poignet. Personnellement, je l’aurais aimée un peu moins épaisse (et peut-être ronde), mais je dois avouer que ses contours bombés et sa finition chromée m’ont séduit. J’ai choisi le modèle de 42 mm, plus adapté à mon gabarit que celui de 38 mm, et le bracelet à maillons métalliques qui me rappelait celui de ma bonne vieille Casio. Une fois le Bluetooth activé sur l’iPhone, je lance l’application Apple Watch. Après quelques informations à compléter, je vise la montre avec l’appareil photo de l’iPhone et la liaison est alors activée. En quelques minutes, les contacts, calendriers et comptes divers sont transférés sans fil du téléphone sur l’Apple Watch.

Premier contact

L’Apple Watch est d’abord une montre. C’est donc naturellement un cadran horaire qui sert d’écran de base. Mais ce cadran, on peut le personnaliser, l’adapter à ses goûts ou lui ajouter des informations supplémentaires. En appuyant fortement sur l’écran, puis en glissant le doigt vers la gauche, on peut choisir entre plusieurs apparences: analogique, numérique ou plus original comme ceux qui représentent les phases d’ensoleillement de la Terre ou les cycles solaires. Restons simple. Je choisis l’affichage classique à aiguilles baptisé «Utilitaire». Du bout du doigt, je sélectionne ensuite d’autres éléments (des «complications» en langage horloger) qui apparaîtront à l’écran: date, météo, prochain rendez-vous, charge de la batterie, fuseau horaire, etc.

Le résultat me convient parfaitement. Au bout d’un moment, l’écran se met en veille. Je (…) Lire la suite sur Figaro.fr

88888

Plus dans la section

Flash Techno

Related Post