TECHNO – La nature, source d’inspiration sans fin pour les technologies du futur. Les chercheurs du MIT se penchent sur un nouveau type d’armure, inspirée cette fois des écailles de poissons. Et plus exactement de la différence de taille des écailles sur un même poisson, en fonction de leur place sur le corps.

Plus grandes sur les parties vitales, elles seraient beaucoup plus petites au niveau des articulations. Adaptée au corps humain, cette particularité permettrait aux armures dites “bio-organique” d’offrir une protection accrue au niveau des points vitaux, sans pour autant nuire à la flexibilité et entraver les mouvements de son utilisateur.

Pour l’instant, le projet est loin d’être abouti. Comme le rappelle le site Quartz, l’armure n’a pas encore arrêté une seule balle. Mais elle pourrait d’ores et déjà intéresser le bureau de recherche de l’armée américaine, qui cherche depuis plusieurs années à remplacer les combinaisons en kevlar ou en zylon, les deux matières les plus performantes actuellement sur le marché. Car si leur solidité n’est plus à prouver, ces deux matières présentent chacune plusieurs inconvénients, dont une mauvaise résistance aux UV.

Plusieurs autres projets sont également à l’étude. Lancé en octobre 2013, le projet Talos, plus connu sous le nom “d’armure d’Iron Man”, suscite notamment beaucoup d’espoir. Dotée d’un bouclier liquide qui se solidifierait en quelques secondes, l’exosquelette permettrait également de surveiller les fonctions vitales de son utilisateur, et offrir une vision à 360° avec possibilité de zoom. Les premiers tests en situation devraient être effectués d’ici à 2018.

 

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

 

Retrouvez cet article sur le Huffington Post 

88888

Plus dans la section

Flash Techno

Related Post