Alors que les robots se perfectionnent de jour en jour, l’homme fait face à un nouveau défi: leur apprendre la morale.

Dans le film Chappie, réalisé par Neill Blomkamp et sorti dans les salles en mars, l’on peut suivre l’apprentissage d’un robot policier amnésique, obligé de réapprendre à faire le bien et à maintenir la sécurité autour de lui. Au-delà de sa mission de divertissement, ce film pose une véritable question: comment s’assurer qu’un robot agira de la façon la plus juste possible?

Bertram Malle pense avoir la réponse. Ce professeur de sciences cognitives, linguistiques et psychologiques de la Brown University a expliqué sa théorie sur le site Livescience. Selon lui, dans un futur pas si lointain, les robots seront non seulement plus intelligents, mais aussi bien plus moraux. L’homme ne laissera pas la gestion des robots aux industriels sans s’assurer que toutes les mesures de sécurité ne soient prises. Faisant un parallèle avec Chappie (attention petit spoiler), Bertram Malle est convaincu que les hommes «sauront comment empêcher un utilisateur d’implanter un virus dans les cerveaux métalliques de toute la flotte de robots policiers d’une ville».

Il estime en revanche que le robot devra développer ses propres capacités d’apprentissage:

«La notion selon laquelle la vraie intelligence vient de l’apprentissage, et pas juste de la programmation, gagne en crédibilité dans les communautés qui se consacrent à l’intelligence artificielle et à la robotique.»

Encore faut-il que le robot apprenne et évolue dans un environnement moralement acceptable.

Le New Yorker explique que, comme pour les enfants au sein des familles, les robots seront aussi bien influencés par leurs créateurs que par les humains qui les entoureront pendant leur vie. Qu’il s’agisse de personnes qui agissent moralement ou non.

«Les robots et l’intelligence artificielle avancée pourraient réellement transformer le monde en un (…)Lire la suite sur Slate.fr

88888

Plus dans la section

Flash Techno

Related Post