Le référendum de 95 s’est terminé par un match nul. Même s’il avait été gagné par une marge de moins de 1% par les indépendantistes le fédéral en aurait contesté le résultât et nous serions encore devant les tribunaux à discuter de la question confuse et ridicule que les avocasseries ont imposées dans ce débat.

Je la résume : « Acceptez-vous que le Québec devienne souverain dans l’éventualité d’un éventuel partenariat qui pourrait éventuellement être accepté par un éventuel partenaire ce qui pourrait éventuellement nous permettre de faire une éventuelle souveraineté? »

Excusez-nous d’exister et laisser nous embrouiller un débat qui autrement aurait pu et du être véritablement démocratique dans l’intérêt de tous, des Québécois et des Canadiens. Parce qu’on ne bâti pas un pays sur de fausses prémices et en jouant sur les mots. Le sujet est trop sérieux pour le confier aux opportunistes de la politique au service d’intérêts privés et qui ont les scrupules endormis, comme ce fut le cas en 95.

La moitié du Québec venait de rejeter le Canada et la marge de moins de 1% ne permet certainement pas aux fédéralistes de crier victoire comme ils l’ont fait. Ce sont les chefs du oui qui n’ont pas été à la hauteur et ont acceptés ce soir là, de façon précipitée, une défaite qui n’en était pas une mais un match nul. Si la marge n’était pas suffisante pour permettre aux indépendantistes de crier victoire, cette mince marge de permet pas non plus aux fédéralistes d’en faire autant et de se gaver de ce ridicule, « Le peuple à tranché » ce qui de toute évidence ne fut pas le cas.

Si le Canada est un pays démocratique il n’a pas le choix de collaborer à un encadrement honnête d’une consultation de la population du Québec sur la question; il en sortira grandit si comme en Écosse personne ne conteste le processus. Le Canada n’est pas le rideau de fer et n’à pas à retenir de force ses provinces. Je suggère le 50% plus un mais avec une marge minimum de différence d’au moins 1% avant qu’un clan ne puisse crier victoire.

Et personnellement je répondrai non a toutes autres questions que la suivante : « Voulez-vous que le Québec devienne un Pays? » Oui ou non.

Plus dans la section

Fernand Turbide

Related Post