Accueil Fernand Turbide Un certain Potter…

Un certain Potter…

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un certain Potter.

Il a exercé son droit à la liberté d’expression et nous lui accordons ce droit. Sauf qu’il s’en ai servi pour vomir son mépris de la société Québécoise tel qu’il la conçoit et malheureusement partagée par nombre de canadiens anglais.

Mais c’est aussi le notre de répliquer et de vomir à notre tour ces propos insultants pour le peuple du Québec. Le temps que le mouton nous servait de symbole est terminé et nous nous sommes trop longtemps laissés manger la laine sur le dos sans répliquer parce qu’on nous avait toute notre enfance enseignés qu’il fallait tendre l’autre joue, ce que personnellement je n’ai jamais acheté comme théorie. Ce n’est pas ce qu’on mon père m’a appris et encore moins le sport que j’ai pratiqué abondamment étant plus jeune.

Il faut personnellement et surtout collectivement apprendre à se défendre, nous en avons grand besoin face à ces attaques vicieuses qui ne sont que de l’intimidation.

Et à ce sujet j’en profite pour répéter ce que je suggère depuis fort longtemps; il faut se servir des cours d’éducation physique dans les écoles pour enseigner aux élèves l’art de l’auto-défense afin qu’ils et qu’elles ne soient pas gelés(es) par la peur lorsqu’ils ou qu’elles sont intimidés(es) . Pour que ces étudiants et étudiantes prennent confiance en eux et apprennent à se protéger autant que possible pour affronter l’intimidateur.

Sur le plan de la politique les Québécois doivent plus que jamais apprendre à ne pas se laisser intimider parce qu’ils sont vulnérables comme minorité française en Amérique du Nord et qu’ils sont malheureusement trop souvent victimes de politiciens profiteurs et exploiteurs qui n’ont d’autre ambitions que leur propre carrière.

 

 

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message