« Chacun de nous quitte la vie avec le sentiment qu’il vient à peine de naître » (Epicure)

Quand on aime la vie, peut importe l’âge, on n’a pas le gout de partir. Par ailleurs lorsque malade, malheureux ou en fin de vie, il arrive que certaines personnes préfèreraient choisir le moment du départ et on devrait pouvoir le faire dans une société civilisée. Lorsqu’on entre en salle d’opération c’est en douceur et sans douleur que l’on s’endort. Et c‘est de cette façon que je choisirais la mienne le moment venu, par testament biologique.

Il arrive aussi que la mort soit un manque de savoir vivre; lorsqu’on est imprudent par exemple ou que l’on se nourrit mal, ce qui a des conséquences sur la santé à long terme.

Mais il arrive aussi qu’elle soit tout à fait accidentelle et prématurée comme ce fut le cas le 29 mars dernier alors que cinq membres de la même famille perdaient la vie dans ce crash au Havre-aux Maisons dont le chroniqueur politique bien connu Jean Lapierre. Il est trop tôt pour comprendre les causes de cet accident mais à moins d’un acte terroriste, ce qui est peu probable dans ce cas-ci, l’accident est toujours possible et peut avoir de multiples causes. De la mauvaise température ou de la panne mécanique en passant par une mauvaise décision du pilote.

Mais le destin est cruel et à certaines occasions plus que d’autres. On a de la difficulté à trouver les mots pour tenter de décrire la profondeur de la blessure ressentie par Mme Lucie Cormier qui en plus de perdre son mari, perd d’un coup quatre de ses enfants et une bru et de sa fille Laure qui elle perd trois de ses frères, sa sœur et une belle-sœur dans un seul jour. C’est d’une tristesse infinie ainsi que pour les enfants et petits enfants frappés de plein fouet par ce drame.

Il n’y a pas de Dieu assez méchant pour avoir voulu une telle peine. Les madelinots sont habitués à des tragédies qui impliquent plusieurs membres d’une même famille mais généralement c’est de la mer qu’elles proviennent et non tombées du ciel.

On peut penser à l’incendie au Bassin en 59 qui a couté la vie à M. Edmond Cyr, sa femme et trois de ces quatre enfants. On peut penser aussi au Naufrage du Nadine en 90 qui a causé la mort de huit des dix membres d’équipage. A celui du Marie Carole dans les années 60 disparu corps et biens avec cinq capitaines à son bord, sans jamais avoir laissé de trace. Celui de l’Acadien II en 2008 qui a englouti quatre marins pêcheurs et plusieurs autres naufrages. Nous ne pouvons que sympathiser avec toute la famille , leur souhaiter bon courage et de garder espoir même si pour eux la vie ne sera plus jamais la même.

Plus dans la section

Fernand Turbide

Related Post
  • 15 April 2021 par › Fernand Turbide

    Tendre l’autre joue ?

    Tendre l’autre joue ? C’est la pire niaiserie de mon éducation religieuse. Non seulemen...Readmore
  • 7 April 2021 par › Fernand Turbide

    C’est de la folie furieuse..

    Ce projet c’est de la folie furieuse.. Je félicite les deux conseillers de Ville Saguenay, Si...Readmore
  • 24 March 2021 par › Fernand Turbide

    La couleur de la peau.

    La couleur de la peau. Il n’y a rien de plus beau que le sourire d’un bébé en santé. ...Readmore