Accueil En route! Ville de Gaspé

Ville de Gaspé

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Gaspé est un mot d’origine micmac (Gespeg) qui signifie le bout de la terre. Plus de 15 000 personnes y résident. Son territoire grandiose s’étend sur 1 440 km² et longe 130 km de littoral.

Gaspé a été découvert en 1534 par l’explorateur français Jacques Cartier. Ce dernier y a planté une croix en signe de prise de possession par le roi de France. Ce geste vaut d’ailleurs à Gaspé le titre de berceau du Canada.

Gaspé possède une culture riche et diversifiée. Le tiers de sa population est bilingue.

 

La nation Micmac de Gespeg est présente sur le territoire de la Ville de Gaspé. La communauté est composée de quelque 700 membres. De ce nombre, 40 % réside à l’extérieur de la municipalité. Contrairement à certaines autres nations autochtones, les Micmacs de Gespeg ne vivent pas dans une réserve, mais bien au sein de la communauté. Ils prennent activement part au développement économique et social de la région. Ils partagent leur culture, dont ils sont très fiers, au site d’interprétation micmac qui se trouve à Pointe-Navarre. Les Micmacs se sont installés en permanence dans la baie de Gaspé au courant du XVIe siècle. Au cours de cette même période, ils entretiennent des liens avec des pêcheurs européens. Pendant sa mission auprès des Micmacs, le récollet Chrestien Le Clercq dresse un tableau réaliste de la vie quotidienne des autochtones. Malgré l’arrivée de nouveaux produits et des influences étrangères qui font leur apparition, les Micmacs conservent leurs valeurs et leur mode de vie traditionnel en vivant en étroite relation avec la nature qui les entoure. À Gespeg, l’histoire des Micmacs se poursuit et les traditions sont respectées.

À la présence micmac et francophone s’ajoute celle anglophone. En 1765, au lendemain de la guerre de la Conquête, des officiers et soldats britanniques licenciés acquièrent gratuitement des terres à Gaspé et en 1784, quelque 315 Loyalistes les rejoignent.

L’arrivée d’anglophones à Gaspé coïncide avec la naissance d’empires halieutiques. En 1833, John LeBoutillier se lance dans l’exploitation de la morue, une ressource abondante dans la baie de Gaspé. En 1838, la LeBoutillier Brothers (à ne pas confondre avec John LeBoutillier) vient modifier le paysage des entreprises maritimes. Cette compagnie devient, au milieu du 19e siècle, la principale entreprise exportatrice de morue séchée en Gaspésie, après la Charles Robin and Co.

Un manoir en l’honneur de l’homme d’affaires John LeBoutillier, le Manoir LeBoutillier, est un des attraits les plus populaires de la région. Quant à l’histoire des Robin, Hyman et autres, elle est brillamment racontée au parc national Forillon.

La pêche est omniprésente dans l’histoire de la Gaspésie, notamment dans celle de Gaspé, où de nombreuses compagnies s’y sont installées dans le passé. Encore de nos jours, de nombreuses communautés vivent de cette industrie, particulièrement Rivière-au-Renard, nommée la capitale des pêches.

Au parc national Forillon, une place de premier plan est accordée à l’histoire de la pêche.  Pour en savoir plus sur les récits qui y sont racontés, consultez le site : 
http://www.pc.gc.ca/pn-np/qc/forillon/natcul/natcul2_F.asp

Voir le site de la ville de Gaspé

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel