Secteur des montagnes

Les nombreux sites naturels de la Réserve de la biosphère de Charlevoix, au cœur du cratère de Charlevoix, ont de quoi charmer. En parcourant les villages de Saint-Urbain, Saint-Hilarion, Notre-Dame-des-Monts et Saint-Aimé-des-Lacs, les visiteurs vivront des plaisirs inoubliables en plus de découvrir des paysages montagneux époustouflants.

Du cyclotourisme à l’équitation, du traîneau à chiens à la motoneige, des plaisirs de la ferme à la découverte de la faune, de l’observation de l’ours à la pêche blanche, de la visite de musées à celle d’ateliers d’artisans, chaque étape permet de découvrir l’histoire d’une région fière de son passé et de ses bâtisseurs.

Saint-Urbain

Ce village agroforestier, sis aux portes des hauts sommets du secteur des montagnes, propose un vaste éventail d’activités sportives en grande nature, et ce, dans un environnement exceptionnel. Le parc national des Grands-Jardins, l’une des aires centrales de la Réserve de la biosphère de Charlevoix, offre à lui seul plusieurs possibilités en ce sens. Dans les fosses de la rivière du Gouffre, on peut aussi s’adonner à la pêche au saumon. Pour leur part, les amateurs de longue randonnée pédestre, de vélo de montagne et de ski nordique seront comblés par La Traversée de Charlevoix, un raid de 100 km à travers l’arrière-pays montagneux charlevoisien débutant au nord du Parc national des Grands-Jardins et se terminant au Mont Grand-Fonds.

Saint-Hilarion

Au cœur du secteur des montagnes, cette municipalité offre un panorama hors du commun sur les montagnes. Ce village fut le lieu de naissance d’Olivar Asselin, un pionnier de l’information au Québec, journaliste réputé et cofondateur du journal Le Devoir. Une plaque commémorative souli gnant la contribution sociale de M. Asselin orne la façade de l’église du village. En longeant la rue de la Fabrique en arrière de l’église, les promeneurs pourront obser ver le monument Chouinard dédié à Thélesphor, qui a été inauguré le 5 juillet 1998 lors de la rencontre annuelle des Chouinard. Ce pion nier est venu s’établir dans Charlevoix, plus précisément à Saint-Hilarion, et plusieurs de ses descendants y vivent encore.

Sur une colline, l’église de Saint-Hilarion domine la campagne environnante. Pour apprécier encore mieux le paysage marqué par l’impact météoritique responsable du relief accidenté de Charlevoix, il est suggéré d’emprunter la rue Cartier en direction des Éboulements, vers le sud. Une plaque en hommage à M. Jean Rondot, découvreur du cratère de Charlevoix, relate l’histoire de ce météorite. En direction opposée, vers le nord, la rue Cartier mène vers le rang Saint-Jean-Baptiste et les montagnes.

Notre-Dame-des-Monts

Cette municipalité est entourée de sommets qui comptent parmi les plus hauts du Bouclier laurentien. Au nord-est, la configuration des sommets évoque la silhouette d’une femme couchée sur le dos, la célèbre Noyée.

Centre d’interprétation de l’histoire et du patrimoine de Notre-Dame-des-Monts

Situé dans l’une des dernières fromageries de village, le Centre d’interprétation entraîne le visiteur dans une expérience qui le guidera dans un parcours pédestre au centre ou à proximité du village de Notre-Dame-des-Monts ou même vers des endroits particuliers en pleine nature où il sera en contact avec l’esprit des lieux. Notre-Dame-des-Monts se situe dans la vallée du Saint-Laurent sur le contrefort du plateau laurentien. Il s’agit d’un lieu de prédilection pour comprendre le paysage des Laurentides et du cratère météoritique de Charlevoix. Une rencontre unique entre le passé, les événements, le paysage, la rivière, la forêt, la montagne et la terre. Les Montoises et les Montois ont conservé avec succès un riche patrimoine local historique, paysage bâti, matériel et humain, dont ils sont fiers et qu’ils mettent en valeur.

Horaire : juillet et août (journées d’ouverture à déterminer). Stationnement : église de NotreDame-des-Monts.

Durée moyenne : 2 h. Entrée : gratuite.

Saint-Aimé-des-Lacs

La paroisse de Saint-Aimé-desLacs s’est détachée de celle de Sainte-Agnès en 1942. Sa population était alors composée essentiellement d’agriculteurs, dont plusieurs travaillaient en forêt. Ils sont ainsi devenus d’habiles draveurs sur les eaux parfois tumultueuses de la rivière Malbaie, inspirant ainsi l’écrivain Mgr Félix-Antoine Savard. La plage muni cipale située sur le lac Nairne offre un site unique aux amateurs d’acti vités nautiques. Plusieurs lacs du secteur sont aussi accessibles, notamment pour la pratique de la pêche. Saint-Aimé-des-Lacs se présente comme un lieu idéal pour la villégiature et le tourisme. C’est de cette municipa lité que l’on accède au parc natio nal des Hautes-Gorges-de-laRivière-Malbaie (fermé pour la saison 2014, réouverture en mai 2015), site ex cep tionnel permettant la pratique d’activités de plein air.

Source : Secteur des montagnes

88888

Plus dans la section

En route!

Related Post