Accueil En route! Lieu historique national du Canada de la maison sir Étienne-Paschal-Taché

Lieu historique national du Canada de la maison sir Étienne-Paschal-Taché

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

La Maison sir Étienne-Paschal-Taché

La Maison sir Étienne-Paschal-Taché, sise au 37 avenue Sainte-Marie, est un exemple exceptionnel du style néo-classique très en vogue chez les bourgeois de la campagne dans le second quart du XIXe siècle.
En mars 1821, Marcel Fortin, maître charpentier de renom dans la région de Montmagny, obtient le contrat de « faire et parfaire et cela, le plus rapidement qu’il lui est possible de le faire » la future demeure du docteur Taché, qui vient tout juste de s’établir comme médecin dans sa paroisse natale de St-Thomas-de-Montmagny.
À la demande du couple Taché, cette demeure doit être réalisée « à la mode canadienne » et doit être
« enfigurée à la classique ». En 1826, le charpentier Fortin passe une autre entente avec le docteur Taché en vue de « menuiser l’intérieur de sa demeure ».
L’ensemble des travaux est terminé à l’automne 1830. En 1855, alors qu’il est Premier ministre du Canada-Uni et qu’il songe à une retraite bien méritée, Étienne-Paschal Taché fait agrandir sa demeure de St-Thomas vers l’est. De plus, il fait construire au sud une véranda et agrémente le versant nord de la maison de  l’une des deux tourelles qui lui sont si caractéristiques.
Au départ de la famille Taché en 1883, la propriété de la maison passa entre plusieurs propriétaires : les Lavergne, les Létourneau, les Michaud et les Proulx. Finalement, la Ville de Montmagny s’en est portée acquéreur en 1990. Le peintre de renommée internationale, Jean-Paul Riopelle, y a d’ailleurs demeuré
de 1991 à 1993.

À la suite de cette nomination, la maison subit d’importants travaux de restauration qui permirent de retrouver ses parements extérieurs et intérieurs ainsi que ses volumes de 1855.Pour sa valeur patrimoniale unique, on attribua à cette résidence, en 1962, le titre de Monument historique. Par la suite, en 1996, l’importance et la notoriété de son premier propriétaire dans l’histoire canadienne, contribuèrent à la désigner en tant que Lieu historique national du Canada.

Étienne-Paschal Taché, un éminent Magnymontois

Fils de Charles et de Geneviève Michon, Étienne-Paschal Taché vit le jour à Montmagny le 5 septembre 1795. Il ne reçoit qu’une éducation sommaire. Ainsi, très jeune, il quitte sa famille pour aller travailler à Québec. À 17 ans, il rejoint son frère en s’engageant comme milicien lors de la guerre de 1812-1814 contre les États-Unis. Il participa alors aux batailles de la Châteauguay et de Plattsburgh. Il profite de son séjour dans la milice pour compléter son éducation de façon autodidacte.
Son expérience militaire lui donna également l’opportunité de s’initier à la médecine en assistant les chirurgiens du bataillon. Ainsi, à la fin de la guerre en 1815, il entreprend plus sérieusement sa formation en médecine auprès de Marc Fabre Laterrière qui était l’un des chirurgiens de son bataillon. Pendant trois ans, il sera l’apprenti du Dr Laterrière à Québec.
C’est fort probablement lors de cette cléricature qu’il fit la connaissance de la femme qui allait devenir son épouse, Sophie Morency. Il s’exilera ensuite à Philadelphie afin d’obtenir sa licence de médecin à l’Université de Pennsylvanie.
À son retour à Québec, il unit sa destinée à Sophie Morency le 18 juillet 1820. On dit qu’ils s’établirent le jour même à Montmagny, probablement chez les parents d’Étienne-Paschal, avant d’acheter le terrain sur lequel il construira sa demeure. Le Dr Taché pratiqua la médecine dans la région, avec zèle et dévotion, pendant 22 ans.
Après quelques années de pratique, Taché commence à s’inquiéter de la difficulté qu’ont les Canadiens-Français à se faire entendre dans les professions libérales. Ainsi, au début des années 1830, il s’investit dans différentes organisations visant la reconnaissance des droits et des compétences de ses confrères médecins, notaires ou avocats, et qui favorisent l’accès des canadiens-français à ce type de profession.

Convaincu de la pertinence d’un mouvement pour la reconnaissance des Canadiens-Français dans la nation naissante, Taché ne baisse pas les bras à la division du parti Patriote. En 1841, il quitte la médecine et il est élu comme député du Comté de l’Islet, en tant que représentant d’un groupe qui prendra plus tard la désignation de «Parti Réformiste». Il rejoint ainsi certains de ses amis qui étaient également actifs au sein du défunt parti.Cette implication, combinée à l’influence de son voisin et ami Jean-Charles Létourneau, l’amène à prendre une part active au sein du mouvement patriote en croissance. Contre la prise des armes, il ne participera pas aux rébellions de 1837-1838.
À partir de ce moment, et jusqu’à sa mort, Étienne-Paschal Taché consacrera toutes ses énergies à la défense et à la sauvegarde des institutions et des intérêts des Canadiens-Français. Pour ce faire, il utilisera ses armes les plus redoutables, son intégrité et sa force de conciliation.
Il quittera son rôle de député en 1846. Jouissant déjà d’une renommée enviable d’homme sincère, à la fois engagé et déférant, les instances gouvernementales feront alors appel à lui pour occuper différentes charges administratives importantes : adjudant-général des milices du Canada-Est, conseiller législatif et exécutif, receveur-général, commissaire des travaux publics. Enfin, dans un Canada-Uni au bord d’une guerre civile, il est même prié par ses pairs, à deux reprises, d’occuper le poste de premier ministre, soit en 1855-1856 et en 1864-1865.

Il consacra la dernière année de sa vie à son plus grand et prestigieux projet; la confédération des provinces de l’Amérique du Nord Britannique. 
Selon lui, la situation politique était telle que ce plan était essentiel à la sauvegarde de nos institutions et qu’il prémunirait les provinces d’une annexion avec les États-Unis.
Malgré ses 69 ans, en plus de ses charges de premier ministre et de ministre de la milice et des finances, il accepte le rôle de président des Conférences de Québec qui jetèrent les bases du plan confédératif. Par la suite, à titre de premier ministre, il a à défendre ce projet en chambre. Après une attaque de paralysie, il est forcé de se retirer de la vie publique.
Il s’éteint à Montmagny le 30 juillet 1865, sans connaître l’aboutissement du projet pour lequel il s’est battu jusqu’au bout de ses forces.

Chronologie des principaux événements de la vie de sir Étienne-Paschal Taché

1795
Né à Saint-Thomas-de-Montmagny, le 5 septembre (septième enfant d’une famille de dix), fils de Charles Taché, co-seigneur de Mingan et bourgeois de la Compagnie des Postes du Roi, et de Geneviève Michon, fille de J.-B. Michon et de Marie-Élisabeth Morisette. La grand-mère de Étienne-Paschal TAché était Marie-Anne Jolliet de Mingan, petite fille de Louis Jolliet, découvreur du Mississipi et seigneur de l’Île d’Anticosti, de l’Île de Mingan et des Etchemins. Étudia quelques années au séminaire de Québec.
1812
À 17 ans, à la déclaration de la guerre avec les États-Unis, offre volontairement ses services au 5e bataillon des milices incorporées; fut bientôt lieutenant. Entra, avec le grade de capitaine, au régiment des Chasseurs canadiens avec lequel il fit toutes les campagnes; se distingua à la bataille de Plattsburg. Décoré de la médaille de Châteaugauy. Commença à étudier la médecine dans l’armée. À la conclusion de la guerre, continua ses cours avec M. Pierre de Sales Laterrière, médecin à Québec.
1819
Termina ses études médicales à Philadelphie. Revint au pays et obtint sa licence du Bureau médical du Bas-Canada, le 18 mars. Alla s’établir à Montmagny où il pratiqua avec habileté pendant 22 ans, desservant une clientèle considérable, tant dans sa localité que des paroisses voisines.
1820
Épousa à Québec, le 18 juillet, Sophie Baucher dit Morency, de Beaumont, fille de Joseph Morency, capitaine au long cours et pilote du roi, et de Angélique Fraser. De cette union naquirent 15 enfants.
1841
Élu député à l’Assemblée législative par le comté de L’Islet.
1844
Réélu par le même comté, qu’il représenta jusqu’au 1er juillet 1846.
1847
Sur l’avis des chefs du parti, il accpeta le poste d’adjudant-général des milices du Bas-Canada au grade colonel. Occupa cette charge jusqu’au 1er mars 1848.
1848
Nommé conseiller législatif le 23 mai.
1848
Membre du Conseil exécutif, commissaire des Travaus publics et receveur général (ministre des Finances) dans le gouvernement Lafontaine-Balwin (7e ministère, qui dura du 11 mars 1848 au 27 octobre 1851).
1851
Membre de la première Commission des chemins de fer.
1852
C’est le 8 décembre 1852 que la reine Victoria octroya aux Messieurs du Séminaitre une charte leur accordant le privilège de fonder l’Université Laval. Préalablement, deux ordres-en-conseil du gouvernement canadien furent successsvement votés les 12 mai et 14 juin 1852 qui recommandaient auprès des autorités impériales le projet de la nouvelle université. M. Taché, membre de l’administration gouvernementale, prit une part prépondérante à l’obtention de cette charte en agissant d’intermédiaire entre les autorités du Séminaire de Québec et le gouverneur-général du Canada, Lord Elgin, qui honorera M. Taché de sa haute considération.
1851-54
Membre du Conseil exécutif, receveur-général dans le gouvernement Hinks-Morin (8e ministère qui dura du 28 octobre 1851 au 10 septembre 1854).
1852-55
Directeur de la Commission gouvernementale du chemin de fer du Grand-Tronc, devenu tronçon des chemins de fer nationaux du Canada.
1854-55
Membre du Conseil exécutif, receveur général dans le gouvernemental MacNab-Morin (9e ministère qui dura du 11 septembre 1854 au 26 janvier 1855).
1855-56
Premier ministre, membre du Conseil exécutif et receveur général dans le gouvernement MacNab-Taché (10e ministère qui dura du 27 janvier 1855 au 23 mai 1856).
1856
Premier ministre, membre du Conseil exécutif et commissaire (ministre) des Terres de la Couronne dans le gouvernement Taché (Joch A.) MacDonald (11e ministère qui dura du 24 mai 1856 au 25 novembre 1857).
Ce fut alors qu’il imagina et mit en commencement d’exécution, en faveur de la colonisation, cette idée de la construction du grand chemin connu aujourd’hui sous le nom de chemin Taché, dans la région de Montmagny.
1857
Résigna sa position de Premier ministre de la Couronne et devient membre à vie du Conseil législatif.
1858
Appelé en Angleterre, au château de Windsor, où Sa Majesté la reine Victoria voulut elle-même le créer Chevalier (Knight Bachelor).
1858
Président du Conseil de l’Instruction publique
1860
Nommé aide de camp de la Reine avec le grade colonel honoraire dans l’Armée impériale. Aide de camp du Prince de Galles (Édouard VII) pendant le séjour de Son Altesse au Canada, en 1860.
1862
Nommé commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand (classe militaire) par le Souverain Pontife Pie IX.
1864
Chute du ministère (J.S.) MacDonald-Dorion. Sir Étienne-Paschal Taché, malgré son âge, est prié de réorganiser l’administration sous le nom de Taché-MacDonald (J.A.) le 30 mars 1864, en occupant les charges de Premier ministre, de ministre de la milice et de receveur général.
1864-64
Premier minitre. L’Assemblée législative de ce gouvernement discute et adopte un projet de Confédération. En conformité de cet arrangement, eurent lieu à Québec les célèbres conférences, dont les travaux ont marqué le commencement de la maladie qui l’a conduit au tombeau. Sir Étienne-Paschal Taché est mort deux ans trop tôt pour voir se réaliser l’oeuvre politique vitale à laquelle il s’était dévoué dès le premier instant de son élaboration.
1865
Dimanche 30 juillet, mort de sir Taché, âgé de 70 ans, à sa résidence de Saint-Thomas-de-Montmagny, dans les bras de sa famille et consolé par les secours de la religion. Inhumé au cimetière de sa ville natale.
Ouverture 2015

Du 1 juin au 27 septembre
Tous les jours de 10 h à 17 h 30

Du 3 octobre au 18 octobre
Samedi et dimanche de 10 h à 17 h 30

Ouvert les jours fériés.

Tarification

Adulte
Visite guidée : 4 $
Exposition ponctuelle seulement : 2 $
Étudiant : 2 $
5 ans et moins : Gratuit

Courriel : maisontache@ville.montmagny.qc.ca
Téléphone : 418 248-0993
143, rue St-Jean-Baptiste Est, Montmagny, G5V 1K4

Source : Lieu historique national du Canada de la maison sir Étienne-Paschal-Taché

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel