Accueil En route! Le Village

Le Village

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

L’un des plus importants quartiers gais en Amérique du Nord, le Village est un carrefour de la diversité. Sa plus grande réussite est probablement d’avoir développé un savoureux cocktail urbain qui rassemble la communauté gaie et les hétéros.

Sa vie nocturne trépidante et sa fine cuisine autant que ses gites douillets dans des maisons centenaires, ses antiquaires et ses boutiques spécialisées enchantent tout ce beau monde. Avec la rue Sainte-Catherine comme artère principale, le Village s’étend d’Est en Ouest autour de la station de métro Beaudry qui porte les couleurs de la communauté gaie.

Les rues du Village

On y trouve des cafés-bistros, des boutiques spécialisées, des antiquaires et des restaurants.

Pour sentir l’âme de ce quartier, il faut explorer les petites rues – dont l’étroite et sinueuse rue Lartigue – et y découvrir les maisons de brique et les cours arrières aménagées en jardins ombragés.

Les habitations de la rue Sainte-Rose sont souvent dotées de portes cochères et de barrières en fer forgé. La rue Amherst regorge de restaurants et de boutiques d’antiquaires, spécialisées pour la plupart dans les objets des années 1930 à 1960.

Elle abrite également deux édifices qui méritent qu’on s’attarde à leur architecture d’inspiration Art déco : le Marché Saint-Jacques et l’Économusée du fier monde.

Et de juin à septembre, la rue Sainte-Catherine, se transforme en zone piétonnière très animée.

Église Saint-Pierre-Apôtre 


Première œuvre de l’architecte Victor Bourgeau, l’église Saint-Pierre-Apôtre a été érigée en 1851. De style néogothique, elle abrite la Chapelle de l’espoir, première chapelle au monde dédiée aux victimes du SIDA.

Pour toutes les informations et plus, cliquez ici

Écomusée du fier monde

L’Écomusée du fier monde vous convie à un voyage au temps de la Révolution industrielle! Musée d’histoire et musée citoyen, il vous invite à explorer l’histoire du travail et à réfléchir sur les enjeux sociaux de son milieu. L’Écomusée loge dans l’ancien bain public Généreux, un magnifique exemple de l’architecture des années 1920.

L’Écomusée du fier monde, c’est :

  • un quartier et une communauté,
  • des expositions et des publications,
  • des activités culturelles et des programmes éducatifs,
  • un espace polyvalent pour créer des événements.

L’Écomusée du fier monde, c’est un musée qui évoque la fierté de toute une communauté.

Pour toutes les informations et plus, cliquez ici

Centre d’exposition La Prison-des-Patriotes

De la prison de Montréal au centre d’exposition La-Prison-des-Patriotes

Construite entre 1831 et 1840, la prison Au-Pied-du-Courant est un des plus anciens bâtiments d’architecture néo-classique conservé à Montréal. Cette prison incarnait à son époque un renouveau de la tradition carcérale suivant l’influence de la philosophie des Lumières. Suite au passage des Patriotes de 1837 et de 1838, il deviendra fréquent d’appeler couramment cet édifice La-Prison-des-Patriotes.

Classée monument historique en 1978 en raison de son architecture, de sa tradition carcérale renouvelée et surtout, de son lien privilégié avec l’histoire des Patriotes, l’édifice héberge depuis 2003 un centre d’exposition.

LA CONSTRUCTION ET LES PREMIERS DÉTENUS (1831-1840)

Pendant neuf ans, le premier bâtiment est construit dans ce qui deviendra le quartier Sainte-Marie. Située à l’extérieur de la ville de Montréal, la Prison neuve recevra ses premiers prisonniers bien avant la finalisation du chantier de construction. Parmi ceux-ci, les Patriotes de 1837 et de 1838 sont assurément les plus célèbres. Leur présence marquera d’autant plus l’histoire de cet édifice que parmi ceux déclarés coupables de haute trahison, 12 seront exécutés par pendaison dans la cour de ce dernier.

DES TRANSFORMATIONS À LA FERMETURE (1840-1912)

Vers 1852-1853, l’aile Est de la prison est élargie. Un bloc cellulaire d’un genre nouveau est construit. La toiture de cette même aile est également rénovée. En 1873, pour permettre l’exécution du tracé de la rue Notre-Dame, le portail et le mur d’enceinte sont déconstruits et reconstruits plus près du bâtiment. En 1894-1895, le gouverneur de la prison se fait construire une demeure dont la façade donnera sur l’angle des rues Notre-Dame et De Lorimier. Dès 1891, une volonté d’instaurer à Montréal un plus grand centre de détention est en discussion. En 1905, un projet est élaboré et étudié en conséquence. Il aboutira à la construction de la prison de Bordeaux. En 1912, les prisonniers y sont transférés et la prison Au-Pied-du-Courant est définitivement fermée.

DE LA COMMISSION DES LIQUEURS À LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC (1921-AUJOURD’HUI)

Alors que se mettent en place les principaux jalons de la nouvelle Commission des liqueurs, la décision d’installer le siège de cette dernière dans les murs de l’ancienne prison est prise en 1921. Pour ce faire, l’édifice subit d’importantes modifications: destruction des murs des cellules et des planchers, construction de caves à vins et d’entrepôts, aménagement des lieux pour des travaux industriels. Aujourd’hui, le bâtiment abrite toujours le siège de cette ancienne société d’État devenue désormais la Société des Alcools du Québec, qui gère la vente des vins et spiritueux au Québec.

LE CENTRE D’EXPOSITION LA-PRISON-DES-PATRIOTES

À la suite de vœux formulés par des organismes œuvrant dans les domaines de l’histoire et du patrimoine et d’audiences publiques de la Commission des biens culturels du Québec, la SAQ a décidé d’ouvrir un centre d’exposition sur les Rébellions de 1837 et de 1838. Après les travaux d’aménagement qui se déroulent d’avril 2002 à juin 2003, le centre d’exposition La-Prison-des-Patriotes ouvre ses portes le samedi 7 juin 2003. Depuis, près de 20 000 visiteurs sont venus dans ce lieu pour explorer les traces de l’histoire du Québec.

Pour toutes les informations et plus, cliquez ici

Source : Le Village

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel