Accueil Virginie Genet Entre les lignes Soirée au Scriptarium 2018

Soirée au Scriptarium 2018

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :
Crédit photo Jean-Charles Labarre, spinprod.com

« Comment entreprendre un véritable dialogue avec vous sans que je doive passer par l’agression (salut, bande de petits cons, qu’est-ce que vous attendez pour vivre?) ni par l’approbation (vous êtes magnifiques, ne changez rien) ni par le sentimentalisme (pauvres petits jeunes, je sais que ce n’est pas facile la vie, venez pleurer sur mon épaule) ? Voilà le défi que je nous lance »

-Extrait de la lettre de Stéphane Crête à l’origine du texte de la pièce

Le 19 avril dernier avait lieu la première du Scriptarium 2018 à la salle Fred-Barry du théâtre Denise-Pelletier. Nouveau projet du Théâtre Le Clou, ce projet de création « éducatif, social et artistique » convie des jeunes de secondaire 3, 4 et 5 à explorer diverses formes d’écriture — cette année, l’écriture épistolaire était à l’honneur. Stéphane Crête (Dans une galaxie près de chez vous, Endorphine, Fugueuse) joue le rôle de commissaire du projet, et interpelle les jeunes et leur plume en leur écrivant une lettre, remise aux spectateurs avant la représentation. Les réponses de plus de 1500 jeunes ont été évaluées par leurs enseignants, puis par un comité artistique, qui a alors invité 24 adolescents à venir suivre un stage de création théâtrale auprès de professionnels. Les textes sont adaptés et présentés sur la scène du théâtre Denise-Pelletier, proposant bien plus qu’une réponse à la lettre de Stéphane Crête, mais un véritable univers mis en valeur par les interprètes et les décors.

Avant le début de la pièce, l’ambiance était fébrile dans la salle où plusieurs jeunes ayant participé au projet étaient assis avec leurs proches. Une fois les lumières éteintes, les trois acteurs (Philippe Boutin, Sarah Cloutier-Labbé et Sarah Leblanc-Gosselin) s’animent et interprètent successivement plusieurs tableaux ayant pour thème la puberté, les youtubeurs, le mal de vivre et les préjugés, entre autres. Un musicien sur scène (Nicolas Letarte-Bersianik), en retrait, ajoute des touches musicales et annonce le titre de chacun des tableaux.

La scénographie est particulièrement intéressante : au-dessus de la scène sont suspendues de grandes bandes sur lesquelles sont imprimés des extraits de texte entre des rouleaux, à la manière d’une gigantesque machine à écrire qui sonne le retour à la ligne à chaque nouveau tableau. La scène est le Scriptarium, le lieu renfermant l’écriture vive et poignante, légère ou grave, des jeunes. Le décor, encombré de paires de chaussures représentant les 24 auteurs et de feuilles de papier, rappelle le désordre d’une chambre d’adolescent. Les interprètes, très justes et charismatiques, rendent bien les nuances entre les divers personnages qu’ils incarnent tout au long des différentes scènes, gardant l’attention du public. Malgré la grande diversité des sujets abordés et les différentes formes d’expression utilisées (saynète, monologue, chanson, manifeste), le spectacle reste d’une grande cohérence et ne s’éparpille pas grâce aux dispositifs scéniques et à la récurrence de certains personnages, renforçant l’unité du propos. Drôle par moments, dramatique parfois, les interprètes adaptent l’intensité de leur jeu et parviennent à transmettre des existences à plusieurs facettes. À certains moments, ils réussissent même à obtenir la participation de la salle et parviennent à impliquer le public dans les tableaux : ces moments sont réussis et confirment la force du projet, notamment en nous forçant à nous questionner sur nos préjugés.

À première vue, il serait facile de penser que la pièce s’adresse plutôt à des jeunes du secondaire ; cependant, le dialogue intergénérationnel créé par la forme épistolaire du texte rend le spectacle intéressant et pertinent pour tous, et en particulier pour ceux qui entourent de jeunes adolescents. Le ton authentique, mais également provocateur de Stéphane Crête, dans sa lettre, a suscité des réponses viscérales, vraies, de la part des élèves. Le Scriptarium n’est pas qu’un projet pédagogique initiant les élèves du secondaire à la création littéraire : il s’agit aussi d’un spectacle de qualité, et le talent d’écriture des 24 jeunes auteurs est fort prometteur…

Le Scriptarium 2018 est présenté du 19 avril au 4 mai 2018 à la salle Fred-Barry du théâtre Denise-Pelletier, au 4353, rue Ste-Catherine E, Montréal (Métro Pie-IX).

Site web du théâtre Denise-Pelletier : http://www.denise-pelletier.qc.ca/spectacles/74/

Site web du théâtre Le Clou : http://leclou.qc.ca/le-scriptarium#-photos-videos

L’édition 2019 du Scriptarium aura Didier Lucien pour commissaire.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Virginie Genet
Étudiante en littérature, Virginie est passionnée par la scène littéraire et culturelle. Elle a un faible pour la littérature québécoise contemporaine, mais ses recherches se penchent plutôt sur la littérature française du XXe siècle. Être installée avec un bon livre et une tasse de thé ou traverser la ville pour découvrir une nouvelle librairie indépendante sont ses activités favorites. Une promenade en forêt avec son chien est la seule bonne raison de lui faire lever les yeux de ses livres !
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message