Accueil Virginie Genet Entre les lignes Lancement de la saison 2018/2019 du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

Lancement de la saison 2018/2019 du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Lundi dernier, acteurs et actrices, dramaturges et metteurs en scène se pressaient sur la rue Saint-Denis pour le dévoilement des pièces et des événements qui marqueront la cinquantième saison du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Depuis 1968, ce théâtre se dévoue aux créations québécoises contemporaines et a accueilli plus d’un million de spectateurs ; les pièces présentées cette semaine reflètent bien le désir de mettre en valeur la création québécoise et sauront attirer le public dans les deux salles du théâtre.

Dès l’entrée dans le hall du théâtre, affiches et projections présentent les pièces qui seront produites à partir de l’automne prochain. La signature visuelle est très soignée ; les couleurs des affiches sont vives et contrastées, et le maquillage des actrices est saisissant, très graphique. J’ai bien hâte de les voir à travers la ville!

Sylvain Bélanger, le directeur artistique, a ensuite accueilli l’assistance dans la salle principale du théâtre. Après un discours émouvant soulignant les 50 années d’existence du théâtre, il s’est tourné vers la programmation à venir :

« Les auteurs de ce 50e anniversaire sont d’abord et avant tout animés par le désir de se créer leur propre filiation. […] Les spectacles que vous verrez ici sont provoqués par des moments de panique soudains et des désirs de rassemblement entretenus depuis longtemps. »

-Sylvain Bélanger

M. Bélanger a ensuite présenté une à une chacune des pièces qui seront montées pendant la saison prochaine. Chaque présentation était accompagnée d’un avant-goût de la pièce : vidéo promotionnelle, extrait sonore ou lecture des textes ont ajouté de la vie au lancement, tout en permettant d’offrir un coup d’œil sur la chimie entre les acteurs ou l’ambiance installée par la narration. Les acteurs, les auteurs et les metteurs en scène ainsi que leurs collaborateurs sont montés à tour de rôle sur scène : à la fin de la présentation, plus d’une centaine d’artistes se tenaient, souriants, devant le public.

Crédit photo: Maryse Boyce

Voici donc les pièces de la saison 2018/2019 du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui :

  • Du 25 septembre au 20 octobre 2018, dans la salle principale : Neuf [titre provisoire] (il a été précisé que [titre provisoire] fait bien partie du titre définitif).

Il s’agit d’une pièce de Mani Soleymanlou avec notamment Henri Chassé, Pierre Lebeau, Marc Messier, Mireille Métellus et Monique Spaziani.

« À l’enterrement d’un de leurs amis et collègues, un groupe d’acteurs et d’actrices se souvient, se confie, s’interroge, se tait, s’engueule, s’échappe, dérape. Faisant partie de la génération qui a fondé le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, ils mettent de côté les nombreux personnages de leurs carrières bien remplies. Ils sont invités ici, en tant qu’individus, à se livrer et échanger sur la riche histoire de leur vie. »

Centre d’achats. Visuel : Centre du
  • Du 13 novembre au 1er décembre 2018, dans la salle principale : Centre d’achats.

La lecture d’un extrait de cette pièce d’Emmanuelle Jimenez (mise en scène de Michel-Maxime Legault) a conquis la salle par l’humour de l’écriture et l’interprétation des actrices.

« Avec Centre d’achats, Emmanuelle Jimenez aborde ces lieux comme autant de symboles de notre aliénation collective mais aussi de notre besoin de communauté. Sept femmes sautent dans le tourbillon de la consommation outrancière et irréfléchie avec autant de candeur que d’acharnement. Leur besoin de partager, de communiquer, de se sentir entouré, se confronte alors au besoin de consommer toujours plus les mêmes choses, au risque d’y trouver leurs rêves déchus et leur âme meurtrie. »

 

  • Du 22 janvier au 16 février 2019, dans la salle principale : ColoniséEs, d’Annick Lefebvre, mise en scène de René Richard Cyr.

« Dans ColoniséEs, Annick Lefebvre nous revient avec son style inimitable et sans concessions pour livrer un vibrant hommage à deux artistes marquants et un questionnement rare et lucide sur le Québec. Pauline Julien, Gérald Godin, une révolution (tranquille), un mois d’octobre (historique) et des promesses (avortées). ColoniséEs, c’est l’histoire qui se parle à elle-même à travers la voix de comédiens tels que Macha Limonchik et Benoit McGinnis. C’est aussi la parole d’un Québec actuel, inquiet, hésitant mais résilient, incarné par le personnage d’une jeune serveuse. »

Lignes de fuite. Visuel : Centre du Théâtre d’Aujourd’hui
  • Du 12 mars au 6 avril 2019, dans la salle principale : Lignes de fuite, de Catherine Chabot, mise en scène de Sylvain Bélanger. La lecture d’un extrait par certains des acteurs (entre autres, Catherine Chabot, Victoria Diamond, Benoît Drouin-Germain et Léane Labrèche-Dor) m’a mise en appétit.

« Un 5 à 7 entre amis s’est étiré jusqu’à la tombée de la nuit. Leur fin de soirée crée une expérience théâtrale tout en saccages et en reconstructions. Les conceptions du monde se confrontent, s’effritent et se fortifient tour à tour. Les partis pris politiques sont dévoilés au grand jour, les visions de l’avenir, de la maternité et surtout de l’amitié sont brouillées à jamais. Les masques tombent dans ce groupe qui n’en a jamais été vraiment un. »

 

  • Du 23 avril au 4 mai 2019, dans la salle principale, et du 9 au 19 mai dans la Cinquième salle de la Place des Arts : Chansons pour filles et garçons perdus.

Dirigé par Loui Mauffette, ce spectacle décrit comme une « stonerie poétique » clôt le 50e anniversaire du CTD’A.

« Spectacle jubilatoire et éclaté, ce spectacle fait le pari de rassembler des poètes et des auteurs qui racontent une société québécoise plurielle, diverse, à l’image de notre métropole. Avec sa distribution nombreuse, composée entre autres de Roger La Rue, Kathleen Fortin, Nathalie Breuer et Adèle Reinhardt, l’auteur veut célébrer les mots et la poésie comme matériau dramatique, comme ultime objet de dépassement. »

 

La programmation de la salle Jean-Claude-Germain, plus intime, n’a rien à envier à celle de la salle principale.

 

  • Du 2 au 20 octobre 2018, dans la salle Jean-Claude-Germain : Okinum, d’Émilie Monnet, nouvelle artiste en résidence.

« En langue Anishnabemowin, Okinum signifie barrage. Construit comme une prophétie, Okinum est une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs, une ode au pouvoir du rêve et à l’intuition. La parole est libérée afin de remonter la rivière de la mémoire des ancêtres et pour se réconcilier, avant tout, avec les différentes facettes d’une identité multiple. […] l’auteure propose une expérience immersive pour le spectateur au moyen d’une dramaturgie qui allie théâtre, son et vidéo. »

 

  • Du 13 novembre au 1er décembre 2018, dans la salle Jean-Claude-Germain : Nos ghettos, de J-F Nadeau et Stéfan Boucher.

« Condamnant à la fois l’hypocrisie du vivre-ensemble et toute forme de repli communautaire, l’auteur dessine un tableau bariolé de solitudes multipliées et nous rappelle à quel point la profonde connaissance de soi est probablement l’unique promesse du rêve collectif. »

Aalaapi. Visuel : Centre du Théâtre d’Aujourd’hui
  • Du 29 janvier au 16 février 2019, dans la salle Jean-Claude-Germain : Aalaapi, du collectif Aalaapi. Aalaapi signifie « faire silence pour entendre quelque chose de beau ».

« des jeunes femmes originaires du Nunavik jouent avec les micros pour se raconter différemment dans un spectacle alliant théâtre et création radiographique. […] Passant de l’inuktitut au français et à l’anglais, elles disent ainsi une partie de la réalité qui est la leur ; puis soudain, elles éclatent de rire, laissant leur plaisir parcourir la forêt qui les réunit le temps d’un week-end. »

 

  • Du 5 au 23 mars 2019, dans la salle Jean-Claude-Germain : Guérilla de l’ordinaire, de Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent.

« À travers des fragments documentaires et fictifs, Guérilla de l’ordinaire s’attaque aux manifestations visibles et invisibles des violences sexistes ordinaires, alliant humour, colère et poésie. Plus les histoires se démêlent, plus elles prennent des allures de manifeste. »

 

  • Du 16 avril au 4 mai 2019, dans la salle Jean-Claude-Germain, 21, de Rachel Graton, mise en scène d’Alexia Bürger.

« 21, c’est d’abord un jeu de basketball auquel Zoé et Sara s’adonnent chaque semaine. Il devient vite un terrain d’échanges où se noue un lien affectif sincère entre elles, alors que Zoé vint d’être placée dans le centre jeunesse où Sara est intervenante. Telle une partition de musique minutieusement orchestrée, les révélations fusent et dressent le portrait de deux personnages en quête de reconnaissance. »

 

Certains spectacles sont également présentés en reprise : c’est la cas de La nuit du 4 au 5, de Rachel Graton, et de Bashir Lazhar, d’Évelyne de la Chenelière. Ce dernier sera en tournée d’octobre à décembre dans vingt villes du Québec, alors que le texte de Rachel Graton sera présenté en décembre dans la salle Jean-Claude Germain.

 

Le 50e anniversaire du CTD’A verra aussi se dérouler plusieurs événements spéciaux, que vous pouvez suivre sur leur calendrier : https://www.theatredaujourdhui.qc.ca/

La saison 2018/2019 sera suivie par La Horde, un groupe de 12 jeunes de 18 à 26 ans, invités à assister à toutes les pièces et à échanger avec le directeur artistique.

La saison prochaine a l’air prometteuse, et les résumés donnent hâte de découvrir les créations des divers artistes. Centre d’achats, Aalaapi et Lignes de fuite m’intriguent particulièrement. Et vous?

 

Merci à Rugicomm ainsi qu’au CTD’A pour la documentation.

Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

3900, rue Saint-Denis
Montréal QC H2W 2M2
Téléphone 514 282-3900
info@theatredaujourdhui.qc.ca

https://www.theatredaujourdhui.qc.ca/ 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Virginie Genet
Étudiante en littérature, Virginie est passionnée par la scène littéraire et culturelle. Elle a un faible pour la littérature québécoise contemporaine, mais ses recherches se penchent plutôt sur la littérature française du XXe siècle. Être installée avec un bon livre et une tasse de thé ou traverser la ville pour découvrir une nouvelle librairie indépendante sont ses activités favorites. Une promenade en forêt avec son chien est la seule bonne raison de lui faire lever les yeux de ses livres !
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message