Accueil Tous les chroniqueurs du passé Uparathi - Culture (adulte) Québec, de Montréal à Kuujjuaq*****

Québec, de Montréal à Kuujjuaq*****

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Il s’agit du premier documentaire d’André Maurice, Québécois pure laine et grand voyageur – et c’est un franc succès! Grâce à lui, j’ai redécouvert ma belle province dans son immensité et dans son incroyable diversité. Il a réussi à me faire voir d’un autre œil ce que j’avais déjà vu – ou ce que je connaissais sans l’avoir jamais vu. Je comprends mieux, maintenant, pourquoi les « étrangers » se font de plus en plus friands de cette destination.

C’est avec enthousiasme qu’il a parcouru ce vaste territoire de 1,7 million de kilomètres carrés pour nous en montrer les quatre saisons, la culture, les habitants – et nous faire entendre les divers accents du terroir (sous-titrés!), tous plus savoureux les uns que les autres; les musiques s’adaptent également aux divers lieux visités. Dynamique et original, il tient des entrevues « entre scène et écran » avec certains des personnages les plus colorés; l’humour fait bien sûr partie de son répertoire, et il travaille sans texte!

Dans la première partie, nous suivons les berges du fleuve Saint-Laurent sur 1 600 km, d’abord par la Côte-Nord : Blanc-Sablon et ses impressionnants glaciers; le joli et coloré village de Harrington Harbour (300 habitants), où a été tournée La Grande Séduction*****; les îles Mingan et leurs étonnantes structures de pierre; Natashquan, village natal de Gilles Vigneault; Anticosti et son unique village de 280 habitants… pour une population de 25 000 chevreuils!

Nous arrivons à la chute Montmorency et son très sportif pain de sucre! Québec (ma belle ville d’adoption) et son fameux carnaval, la traversée du fleuve en canot à glace (qui prend… de 30 minutes à 5 heures!), les sculptures internationales sur neige, le défilé et son bonhomme, ses fêtes de la Nouvelle-France et, bien sûr, son célèbre château! L’hôtel de glace (tout près de chez moi), puis Sainte-Anne-de-la-Pérade et ses petits poissons des chenaux. Enfin Montréal, ville du conférencier, son Mont-Royal et ses tam-tams, son Festival international de jazz, la fête nationale de la Saint-Jean…

Nous nous aventurons vers les puissantes Manic, avant de nous lancer à l’assaut du Bas-Saint-Laurent : l’île Verte et son agneau de pré salé, le parc du Bic et ses magnifiques couchers de soleil – les plus beaux du monde, d’affirmer André Maurice; Trois-Pistoles et la baleine noire; Tadoussac, la baleine à bosses et les bélugas, appelés canaris de mer à cause de leurs appels particulièrement mélodieux; les Îles-de-la-Madeleine, leurs maisons colorées, les phoques et la pêche aux coques avec siphon de toilette! Puis la Gaspésie et la remontée des saisons jusqu’au parc du Forillon; le rocher de Percé et les 300 tonnes de roches qu’il abandonne chaque année à la mer – 400 ans, et il ne sera plus! L’Île Bonaventure et ses 80 000 fous de Bassan…

En deuxième partie, nous pénétrons à l’intérieur des terres; et, bien que quittant le Saint-Laurent, l’eau continue d’être omniprésente. D’abord le Saguenay-Lac Saint-Jean : Sainte-Rose-du-Nord, Val-Jalbert – et les animaux bien de chez nous; la foresterie et la surexploitation. Puis Charlevoix, sa belle nature, ses artistes et ses artisans. La Montérégie et son festival de montgolfières à Saint-Jean-sur-le-Richelieu. La Rivière Rouge et ses aventureux kayakistes. Après l’automne et son festival de couleurs, voici l’hiver et… le pelletage et le ramassage de la neige, en plus de tous les autres sports : raquette, motoneige, ski cerf-volant, chiens de traîneau, glissades à Valcartier, parapente…

Enfin le Nunavik — où il fait 48 degrés sous zéro en février –, ses sculptures inuites et sa passionnante course de traîneaux à chiens. Qui devient émouvante quand on apprend comment et pourquoi les chiens ont bien failli disparaître de la culture inuite, à laquelle ils sont pourtant indispensables… Et dont cette course annonce le retour. Nous voyons la construction d’un igloo et entendons, surtout, le très bel hommage que rend l’orateur à ce peuple qui le mérite bien.

Une autre très belle aventure des Grands Explorateurs, intelligemment et joyeusement présentée par André Maurice. On peut compléter l’information en se procurant un livre, un CD, un DVD…

Les abonnements à la prochaine saison vont bon train. Les destinations et les images qu’elle nous propose sont très alléchantes. Pour connaître les dates et lieux de tournée de l’actuelle conférence ou pour vous renseigner sur la saison à venir, consultez le site des Grands Explorateurs…

1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Pour consulter les critiques d’autres événements, appuyer sur l’icône des archives

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message