Accueil Tous les chroniqueurs du passé Uparathi - Culture (adulte) De Cranach à Monet – Chefs-d’œuvre de la collection –...

De Cranach à Monet – Chefs-d’œuvre de la collection – Pérez Simón*****

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Après Madrid et Dallas, c’est à Québec que s’installe pour l’été l’exposition d’envergure internationale De Cranach à Monet.

Chefs-d’œuvre de la collection Pérez Simón, qui présente 57 tableaux réalisés par 45 grands maîtres de la peinture européenne : Bronzino, Bruegel, Cabanel, Canaletto, Cézanne, Corot, Cranach, Gauguin, Goya, Monet, Renoir, Rubens, Tiepolo, Tissot, Van Dyck, Van Gogh, pour n’en nommer que quelques-uns!

Ces œuvres appartiennent à l’une des collections particulières les plus importantes d’Amérique latine, celle du réputé collectionneur et homme d’affaires mexicain Juan Antonio Pérez Simón. Une première au Canada – et en exclusivité à Québec!

Lors de la visite de presse du 30 mai dernier, le directeur général du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAC), M.  John R. Porter, mentionnait la double qualité exceptionnelle de cette exposition : d’abord par la qualité et la quantité de chefs-d’œuvre réunis ici; ensuite par la vision du collectionneur, qui permet d’effectuer un petit tour d’histoire de l’art (500 ans d’histoire, en fait, soit de la Renaissance à l’impressionnisme, entre le XIVe et le début du XXe siècle).

M.  Oscar de León Montemayor, administrateur de la Fondation Juan Antonio Pérez Simón (JAPS), a d’abord dressé le profil du collectionneur. Puis nous avons effectué la visite en compagnie de M.  Daniel Drouin, conservateur de l’art ancien avant 1850 et responsable de la collection d’art inuit; visite qu’il a rendue particulièrement intéressante en relevant des anecdotes et en attirant notre attention sur des détails grâce auxquels les œuvres ont pris vie sous nos yeux.

Nous retrouvons ici des œuvres des écoles italienne, hollandaise, allemande, flamande, espagnole, anglaise et française, réparties dans les salles 5 et 6 selon un parcours thématique : peinture italienne et allemande du XIVe au XVIe siècle; peinture baroque flamande (1600-1700); peinture hollandaise du XVIIe et du XVIIIe siècle; peinture italienne, française et espagnole du XVIIIe siècle; peinture académique et réaliste en France durant la seconde moitié du XIXe siècle; prélude à l’impressionnisme; impressionnisme et postimpressionnisme; les préraphaélites et la peinture victorienne britannique.

Vous verrez des portraits royaux, des scènes religieuses, des natures mortes, des scènes de genre, des paysages… Une fois de plus, le MNBAQ réussit le défi d’aérer l’espace; à aucun moment on ne se sent écrasé par les chefs-d’œuvre réunis ici! Prenez un carnet de visite! Comme l’expliquait Line Ouellet, directrice des expositions et des publications scientifiques, cela permettra aux visiteurs de se retirer pour lire, évitant ainsi de bloquer l’accès aux œuvres.

(Pieter Bruegel II (Bruxelles, 1564 – Anvers, 1638), Saint Jean-Baptiste prêchant dans le désert, vers 1620, huile sur panneau de bois) Salle 5. Vous verrez ici un Portrait d’Éléonore de Tolède, grande-duchesse de Toscane (Bronzino), en sachant qu’il n’existe que neuf portraits de la belle dans le monde entier. Le premier Van Dick jamais exposé au MNBAQ. Un Saint Jean-Baptiste prêchant dans le désert (Pieter Bruegel II)… campé dans une forêt flamande et dont les « prêchés » portent les différents costumes du monde connu de l’époque (une copie de l’œuvre du père, conservée au Musée des beaux-arts de Budapest).

(Pierre Paul Rubens (Siegen, Westphalie, 1577 – Anvers, 1640), La Vierge à l’Enfant bénissant, vers 1610, huile sur panneau de bois) Votre promenade vous procurera plusieurs frissons – et ce n’est pas parce qu’il fait froid au musée! J’en ai eu devant cette Vierge à l’Enfant de Rubens, mais aucune photo au monde ne saurait rendre la beauté de l’original. Un peu plus loin, j’aurais voulu manger le pain de la Nature morte au jambon de Pieter Claesz…

M. Drouin attire ensuite notre attention sur les incroyables détails des deux Natures mortes aux fleurs et au nid dans un paysage de Jan Van Os. Puis viennent deux « compositions » de Pannini; à cette époque (XVIIIe siècle), on aimait réunir dans un même tableau différentes ruines antiques, avec un semblant de réalisme et une grâce toute rococo… Quant à Canaletto, il nous donne à voir toute la lumière ensoleillée de Venise dans Le Palais des Doges, Venise : l’escalier des Géants vu de l’arc Foscari. Se faisant face et s’opposant, un Portrait de la princesse de Rohan lisant l’Histoire universelle (Nattier) démontre la puissance française; alors que le Portrait de Dona Maria Teresa de Vallabriga y Rozas (Goya) se fait tout intime…

(William-Adolphe Bouguereau, (La Rochelle, 1825 – La Rochelle, 1905), La Faucheuse, 1872, huile sur toile) Salle 6. Bouguereau, nous dit M.  Drouin, n’aime que la perfection, il ne saurait peindre que du « beau »; sa Faucheuse est donc étonnamment propre, vu le métier qu’elle pratique! Au contraire des Jules Breton, Léon-Augustin Lhermitte, Julien Dupré, qui montrent ces activités sous leur vrai jour…

Les impressionnistes trônent dans la section centrale. Ce n’est pas de tourner sur lui-même qui donne le vertige à M.  Drouin, mais bien la liste de noms prestigieux qui défile au bout de son doigt pointé : Pissarro, Monet, Cézanne, Renoir, Gauguin… C’est avec émotion qu’il nous présente Les Lauriers roses de Van Gogh, aquarelle peinte lors de son internement à l’hôpital psychiatrique un an avant sa mort…

(Edwin Long (Bath, 1829 – Londres, 1891), Vashti, 1878, huile sur toile, détail.) On reste bouche bée devant le monumental et magnifique tableau de Sir Lawrence Alma-Tadema, Les Roses d’Héliogabale, illustrant l’histoire d’un empereur romain sadique qui avait tenté d’étouffer ses invités sous des pétales de roses! « Sous tant de beauté se cache un drame », commente M.  Drouin. Cet autre magnifique tableau nous montre Vashti venant d’être répudiée par son mari Assuérus, roi des Perses, car elle a refusé de s’exhiber devant ses invités ivres et libidineux…

On peut voir cette magnifique exposition au MNBAQ jusqu’au 3 septembre 2007.

La collection Pérez Simón
Au cours des vingt dernières années, Josefina et Juan Antonio Pérez Simón, un couple d’origine espagnole établi au Mexique, ont réuni plus de 1 000 objets d’art (tableaux, sculptures, objets décoratifs et livres anciens). M.  Pérez Simón explique ainsi la mise en circulation des chefs-d’œuvre de sa collection : « Tous ceux qui, comme moi, ne possèdent pas ce merveilleux don de créer la beauté grâce à l’art peuvent se consoler en admirant des œuvres et en jouissant du privilège de se laisser séduire par elles.  » Cette diffusion est possible grâce à l’appui de la JAPS. Créée en 1990, la Fondation JAPS a pour objectifs de favoriser le développement de projets culturels et de création artistique qui enrichissent la sensibilité et développent le goût des Mexicains pour les beaux-arts, ainsi que la conservation, l’étude et la diffusion des œuvres de la collection Pérez Simón.

Le catalogue de l’exposition
Éditée par le Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, en collaboration avec le MNBAC, la version française du magnifique catalogue de l’exposition est publiée à l’occasion de la présentation de l’exposition à Québec. Mme Roxana Velásquez Martínez del Campo, à titre de commissaire, et d’autres auteurs ont participé à la rédaction de ce livre d’art, soit Mme Mar Morobia, Mme María de los Santos García Felguera et M.  Christopher Newall. On y retrouve également des textes des personnes suivantes : Pérez Simón, collectionneur; Jean Charest, premier ministre du Québec; Guillermo Solana, conservateur en chef du Musée Thyssen-Bornemisza; John R. Porter, directeur général du MNBAQ. Abondamment illustré (189 pages et 84 illustrations), le livre d’art est disponible à la boutique du Musée au coût de 49,95 $ et dans plusieurs librairies (Publications du Québec). (Je vous en reparle évidemment sous peu dans ma page littéraire…)

Autour de l’exposition

Audioguide : 4 $
Visites guidées : gratuit, du 6 juin au 2 septembre, les mercredis, samedis et dimanches, à 13 h 30 et 15 h
Ateliers de création pour tous : gratuit, du 4 au 29 juillet, du mercredi au dimanche, à 13 h, 14 h 15 et 15 h 30
Ateliers pour adultes : 90 $ pour 4 ateliers (Abonnés-Amis : 80 $), du 13 juin au 4 juillet, tous les mercredis, de 18 h 30 à 21 h; du 14 juin au 5 juillet, tous les jeudis, de 18 h 30 à 21 h. Renseignements et réservations : 418-644-6460, poste 5547
Concours « De Québec à Barcelone » : Visitez l’exposition De Cranach à Monet entre le 11 juin et le 3 septembre 2007 et peut-être vous envolerez-vous pour Barcelone : voyage d’une semaine pour deux personnes, d’une valeur approximative de 2 500 $. Règlement du concours disponible à la billetterie ou sur le http://www.mnba.qc.casite du Musée dès le 11 juin.

Les partenaires financiers : le Bureau de la Capitale-Nationale et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec. Les partenaires promotionnels : TVA, Le Soleil, Voyages CAA-Québec et Loews Le Concorde, hôtel officiel de l’exposition.

Les crédits
L’exposition est réalisée par la Fondation JAPS de Mexico, Mexique, en collaboration avec le Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, Espagne, et le MNBAQ.

À la Fondation JAPS : Oscar de León Montemayor, administrateur. Roxana Velásquez Martínez del Campo, conservatrice de la collection Pérez Simón et commissaire de l’exposition. Lola Landa, collection JAPS. Denys Pineda Morisset, collection JAPS.

Au MNBAQ : Direction du projet : Line Ouellet, directrice des expositions et des publications scientifiques. Coordination : Daniel Drouin, conservateur de l’art ancien avant 1850 et responsable de la collection d’art inuit. Coordination des opérations : André Sylvain. Design : Daniel Castonguay. Graphisme : Tabasco. Traduction : Rachel Martinez. Révision linguistique : Marcia Couëlle et Ghislaine Fiset. Audioguide : coproduction AVATAR. L’exposition bénéficie du soutien du Bureau de la Capitale-Nationale.

1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Pour consulter les critiques d’autres événements, appuyer sur l’icône des archives

31 mai

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message