Accueil Tous les chroniqueurs du passé Uparathi - Cinéma (sur vidéo) The Painted Veil****1/2

The Painted Veil****1/2

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un film de John Curran

Générique : États-Unis 2006 (v.o.a.) Drame sentimental (général, déconseillé aux jeunes enfants) de 125 min. Scén. : Ron Nyswaner, d’après le roman de W. Somerset Maugham. Photo : Stuart Dryburgh. Montage : Alexandre de Franceschi. Mus. : Alexandre Desplat. Int. : Naomi Watts, Edward Norton, Toby Jones, Liev Schreiber, Diana Rigg, Anthony Wong.

Londres, années 1920. Pressée par ses riches parents, Kitty épouse Walter Fane, un bactériologiste modeste et timide follement épris d’elle. Le sentiment n’est pas réciproque et, peu de temps après l’installation du couple à Shanghai, Kitty amorce une liaison avec le vice-consul anglais, également marié.

Se découvrant cocu, Walter, animé d’un furieux désir de vengeance, contraint sa femme à l’accompagner dans un village reculé décimé par le choléra, sous peine d’un divorce pénible qui compromettrait son amant.

Au terme d’un long voyage, le couple parvient à destination et constate l’ampleur dévastatrice de l’épidémie. Incapable de communiquer avec un mari hostile qui passe ses journées au dispensaire, Kitty décide d’aller prêter main-forte aux religieuses qui recueillent les orphelins.

Ce couple si mal assorti a toute une pente à remonter! L’une frivole, l’autre sérieux; l’une ayant trahi, l’autre voulant se venger…

Par orgueil, ils relèveront ensemble un premier défi plein de folie : prendre des risques par rapport au choléra — la première rencontre avec la terrible maladie est assez effrayante!

Puis ils s’ouvriront à une souffrance qui n’est pas la leur et amorceront le mouvement du retour vers soi, puis vers l’autre. Tout en livrant bataille aux superstitions extérieures, ils lutteront contre les idées fausses qu’ils avaient l’un sur l’autre. Après toute la haine et tout le ressentiment, comme l’amour fait du bien! « Quand amour et devoir se conjuguent, dit la directrice du couvent, on rencontre la grâce! » Et c’est bien ce qui leur arrive.

Interprétée avec finesse et sensibilité par deux acteurs splendides, cette histoire est plus qu’une simple histoire d’amour; c’est l’histoire de l’apprentissage de l’amour.

« À quoi sert-il d’acheter des fleurs qui mourront d’ici peu de toute façon? », se demande au début la fragile héroïne? On sait qu’à la fin, elle répondrait : « À profiter de leur beauté; tout comme il sert de vivre avant de mourir… pour apprendre à aimer. »

Et les images offrent ici autant de beauté que le propos.

Site officiel

Coté 4 (bon) par mediafilm.ca

1/2

1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Pour consulter les critiques d’autres films, appuyer sur l’icône des archives

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message