Accueil Tous les chroniqueurs du passé Uparathi - Cinéma (sur vidéo) Congorama****

Congorama****

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un film de Philippe Falardeau (La moitié gauche du frigo)

Générique : Québec-Belgique-France 2006. Comédie dramatique de 105 min. Réalisation et scénario : Philippe Falardeau. Photo : André Turpin. Montage : Frédérique Broos. Mus. : Jarby McCoy. Int. : Paul Ahmarani, Olivier Gourmet, Jean-Pierre Cassel, Gabriel Arcand, Lorraine Pintal, Claudia Tagbo, Arnaud Mouithys, Guy Pion, Janine Sutto.

Apprenant qu’il a été adopté au Québec, Michel, un inventeur belge, prend prétexte d’un voyage d’affaires à Montréal pour partir à la recherche de ses parents naturels.

Dans le village de Sainte-Cécile, où son enquête piétine, il fait la connaissance d’un curé aimable. Celui-ci lui présente Louis, un jeune bohème marqué par la disparition de son père et obnubilé par le projet d’ingénierie révolutionnaire qui a provoqué le congédiement de celui-ci de la compagnie nationale d’électricité.

Contre l’avis de sa mère, Louis tente de remonter le fil de l’histoire de son père, dans l’espoir de réhabiliter sa mémoire. Sa rencontre inattendue avec un émeu, alors qu’il était au volant, changera radicalement le cours de son existence. Ainsi que celle de Michel qui était, lui aussi, à bord du véhicule.

La bande-annonce m’avait laissé croire à une comédie un peu loufoque un peu idiote — quelle erreur! Ce film, c’est la Vie à l’œuvre qui, telle une gigantesque araignée, tisse la toile de nos Destins croisés – et c’est magnifiquement fait!

Une très bonne introduction sur fond de valeurs familiales congolaises… à Bruxelles; puis un démarrage peut-être un peu lent à Montréal puis à Sainte-Cécile. C’était Michel.

Revenons en arrière, et repartons – toujours caméra à l’épaule, c’est simple et sympa – avec Louis, cette fois… C’est là que les raccords d’histoires s’installent brillamment. Et que les drames se mettent à éclater comme les facettes d’un diamant, qui peuvent aller se loger n’importe où…

C’est joué avec beaucoup de naturel, et la musique est en accord avec les sentiments des personnages au fil de leurs découvertes. D’un bout à l’autre, c’est… humain, tout simplement!

Je suis juste restée un tout petit peu sur ma faim, avec cette fin qui ne va pas tout à fait assez loin à mon goût…

Coté 3 (très bon) par Médiafilm

1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Pour consulter les critiques d’autres films, appuyer sur l’icône des archives

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message