Accueil Tous les chroniqueurs du passé Uparathi - Cinéma (sur vidéo) Chronique d’un scandale***1/2

Chronique d’un scandale***1/2

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un film de Richard Eyre

Générique : Grande-Bretagne 2006. Drame de mœurs (13 ans +) de 92 min. Scén. : Patrick Marber, d’après le roman de Zoë Heller « What Was She Thinking: Notes on a Scandal ». Photo : Chris Menges. Montage : John Bloom. Mus. : Philipp Glass. Int. : Judi Dench, Cate Blanchett, Bill Nighy, Andrew Simpson, Phil Davis, Michael Maloney, Juno Temple, Max Lewis.

Enseignante dans une école secondaire de Londres, Barbara Covett, célibataire d’âge mûr solitaire et revêche, tombe sous le charme de Sheba Hart, la nouvelle prof d’arts plastiques, avec qui elle se lie d’amitié. Peu après, Barbara constate avec dépit que sa consœur coule un petit bonheur tranquille auprès de son mari Richard, de 20 ans son aîné, et de leurs deux adolescents, dont l’un est atteint du syndrome de Down.

D’où sa surprise lorsqu’elle surprend Sheba dans les bras de Steven Connoly, un élève de 15 ans. Abusant sournoisement de son ascendant sur sa collègue en pleine crise conjugale, Barbara s’immisce graduellement dans la vie des Hart. (Source : mediafilm.ca)

Voici, avant tout, un film d’acteurs. Judi Dench (avec une réserve), Cate Blanchett, Bill Nighy et le jeune Andrew Simpson donnent tous ici leur pleine mesure. Toutefois, si l’intensité dramatique est à son comble, curieusement, elle ne laisse filtrer aucune émotion.

Cate Blanchett est merveilleusement photographiée, surtout dans les plans rapprochés. Quant à Judi Dench, elle semble jouer davantage pour la caméra et pour nous que pour ses partenaires; en effet, ses intentions se lisent trop facilement sur son visage, rendant son double jeu apparent, et par conséquent l’innocence de sa victime un brin hallucinante… Elle arrive tout de même à nous donner le frisson tant sa « méchanceté » est dense et intense; elle tisse une véritable toile d’araignée pour arriver à ses fins et emprisonner sa proie.

Reste le scandale original : une professeure de quelque 40 ans se laisse séduire par un gamin de 15 ans. C’est du moins ce que le film nous propose comme interprétation… Cela peut sans doute se produire, car à 15 ans, on n’est plus tout à fait innocent, n’est-ce pas! Cela n’en reste pas moins pernicieux… Je connais une amie, très pointue sur l’« éthique », qui dira de ce film que le scandale se situe tout autant dans sa présentation du sujet que dans le sujet lui-même…

Coté 3 (très bon) par Mediafilm

1/2

1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Pour consulter les critiques d’autres films, appuyer sur l’icône des archives

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message