Accueil Tous les chroniqueurs du passé Critique littéraire - Christiane Melançon Petite armoire à coutellerie

Petite armoire à coutellerie

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Quiconque a déjà vécu un deuil amoureux reconnaîtra dans ce petit livre de Sabina Denez le sens et les mots pour décrire ce drame personnel. Ce petit carnet de 150 pages réunit en de courtes phrases d’une grande intensité toute la douleur créée par la perte de l’être aimé. Chaque page contient peu de mots, une phrase, deux, trois, qu’on lit et relit pour leur beauté et leur justesse de sens, et on a envie de retenir par cœur certains passages.

J’ai été ton fruit, et j’en redemanderais.

J’ai le goût de tout toi. De A à Z, du nord au sud, de gauche à droite et en diagonale. Mais on dirait bien que ce n’est permis ni de le penser, ni de le dire, ni de le faire.

J’ai le droit de pas grand-chose avec toi.

Les mots sont lancés comme des couteaux bien affûtés. La douleur et la perte de soi-même sont racontées de façon vive et précise.

Je me suis installée dans une existence volontairement rapetissée, pour être certaine de ne pas me perdre dedans.

Après un premier roman « Nulle part ailleurs » publié en 2004 qui avait fait sa marque, ce petit bijou de livre laissera sa trace aussi.

Titre : Petite armoire à coutellerie
Auteur : Sabica Senez
Éditeur : Leméac
Prix : $14,95

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel