Accueil Jocelyne Tourangeau Sons Werther ****

Werther ****

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Les 22, 26, 29, 31 janvier et 3 février 2011, 20 h


Werther
de Jules Massenet
à l’Opéra de Montréal

DES PREMIÈRES POUR UN JEUNE PREMIER…

CRITIQUE

Werther, un jeune poète, devient follement amoureux de Charlotte, une jeune fille de la bourgeoisie, dès leur première rencontre. Malheureusement, elle a promis à sa mère d’épouser Albert, un jeune homme à l’avenir prometteur. Elle lui a aussi promis de s’occuper de ses frères et sœurs après son décès. L’histoire évolue donc autour des déchirements causés par cet amour impossible. Charlotte tiendra ses promesses mais Werther ne s’en remettra jamais.

Werther a été écrit vers la fin du 18e siècle, au début de la période romantique alors qu’on prônait le retour à la nature. L’opéra est présenté de façon très intimiste et pour servir le propos, on a amputé la scène de la salle Wifrid-Pelletier de près de la moitié, ce qui nous rapproche des émois de Werther et de Charlotte. Le drame a été transposé dans le contexte des années 1920. Le décor est fort joli : un jardin en premier plan et des champs de blé en fond de scène sur un ciel d’un bleu gris très tendre. Les éclairages comptent pour beaucoup dans l’atmosphère feutrée proposée. Les costumes créés par la designer montréalaise, Sabrina Barilà, sont superbes. Elle a utilisé des tissus souples qui bougent bien, dans des teintes de beige et de grège pour l’été. Les chapeaux feutres coiffent les hommes en hiver tandis que les femmes portent de ravissants chapeaux cloches.

On a l’habitude d’entendre sopranos et ténors dans les premiers rôles à l’opéra. Massenet a écrit Werther en deux versions. C’est la version pour baryton que l’Opéra de Montréal a choisi de nous présenter. Le timbre de voix plus grave du baryton ajoute à l’intensité dramatique des propos de Werther. Bien qu’il n’y ait pas de grands airs dans cet opéra, on y entend de la fort belle musique. Werther (Phillip Addis) est à son meilleur dans le tout dernier acte alors qu’il se suicide. Charlotte (Michèle Losier, mezzo-soprano) était particulièrement émouvante lorsqu’elle lisait les lettres de Werther. J’ai beaucoup aimé la voix de Sophie, la jeune sœur de Charlotte (Suzanne Rigden, soprano). Stephen Hegedus était excellent dans le rôle d’Albert. Les Petits Chanteurs du Mont-Royal ont interprété avec aisance les jeunes enfants de la famille.

Werther commence dans la joie mais les plus beaux airs sont chantés lorsque la tension dramatique atteint son summum dans les derniers actes. Notre plaisir suit le crescendo de l’émotion.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Opéra : Werther de Jules Massenet.
Genre : drame lyrique.
Structure : en quatre actes.
Langue : en français avec surtitres français et anglais.
Livret : Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann, d’après Goethe.
Création : Hofoper de Vienne, 16 février 1892, en allemand ; Paris, Opéra-Comique, 16 janvier 1893, en français.
Première à l’Opéra de Montréal (version pour baryton)
Dernière à l’Opéra de Montréal de la version pour ténor
: septembre 1994.

PréOpéra
Conférence sur l’œuvre, donnée par le musicologue Pierre Vachon avant chaque représentation, à 18 h 45 au Piano Nobile de la PDA.

À la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou www.laplacedesarts.com

OPERADEMONTREAL.COM.

Pour obtenir plus de renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.

INFORMATION TRAVAUX

Arrivez tôt au spectacle et consultez les sites suivants pour vous informer sur les travaux avant de vous rendre à votre soirée :
Section Info-travaux de la Place des Arts

Plan des entraves et des détours dans le Quartier des spectacles

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel