Accueil Jocelyne Tourangeau Sons LA PORTE, opéra conte

LA PORTE, opéra conte

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

En hommage au compositeur José Evangelista
Chants Libres présente

LA PORTE

Opéra conte

José Evangelista, musique
Alexis Nouss, livret
Ghislaine Deschambault, mezzo-soprano
Huizi Wang, percussions
Joseph Saint-Gelais / Pauline Vaillancourt, mise en scène et scénographie

«Un texte bien fait et captivant du Français Alexis Nouss (d’après Kafka), une écriture vocale naturelle, en harmonie totale avec le texte, un accompagnement instrumental (la percussion) qui suit l’action de près […] : au total, une très belle réussite. »
Le Devoir, avril 1987

«[…] The sonorities were rich and varied, nicely threaded into the text and in no way smacking of economy. La Porte is the sort of well-planned and energetically performed exercise that gives new music a good name. »
The Gazette, avril 1987

La compagnie lyrique de création, Chants Libres présente La porte, le 1er, 2, 8, 9 juin à 20 h et 10 juin à 16h, à la salle de concert du Conservatoire à Montréal.
Ce monodrame pour voix et percussions a été créé par Pauline Vaillancourt (soprano) et Julien Grégoire (percussions) dans le cadre des ÉVÉNEMENTS DU NEUF à Montréal en 1987 avant de tourner en Europe et au Canada jusqu’en 1998. C’est en hommage au compositeur José Evangelista que Chant Libres présente une reprise de cette création dans son intégralité. Le tandem Ghislaine Deschambault (mezzo-soprano) et Huizi Wang (percussions) est ainsi invité à s’approprier les 45 minutes de cet opéra dans une mise en scène et une scénographie de Joseph Saint-Gelais / Pauline Vaillancourt.

S’inspirant de contes de traditions perses, indiennes et arabes, La porte est une oeuvre où l’osmose de la voix et de la percussion nous plonge dans une atmosphère de rite païen. Derrière 25 bougies pour tout décor, une cantatrice nous raconte, fable après fable, comment le destin de l’homme de la campagne se lie à celui du gardien de la porte aux rythmes envoûtants de la percussion. D’une simplicité désarmante, cet opéra s’adresse à tous les publics, aux amoureux de la voix, ainsi qu’aux amateurs de littérature et de philosophie orientale.

Présentée dans le cadre de la Série hommage à José Evangelista (SMCQ), cette reprise s’inscrit dans la mission de Chants Libres : soutenir la diffusion de nouvelles formes d’opéra et assurer la relève en favorisant la reprise de ses créations par une nouvelle génération de musiciens et d’interprètes.

Cinq représentations
les 1, 2, 8, 9 et 10 juin 2018
à la salle de concert du Conservatoire à Montréal
4750 avenue Henri-Julien (métros Laurier ou Mont-Royal)

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel