Accueil Jocelyne Tourangeau Sons Carmen à l’Opéra de Montréal

Carmen à l’Opéra de Montréal

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

CARMEN

Une production à la démesure de Montréal !

Présenté à la

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

les 4, 7, 9, 11 et 13 mai 2019 à 19h30

Quelques extraits : https://www.youtube.com/watch?v=WQ5XEyuZmcA

À guichets fermés depuis le mois de février, la nouvelle Carmen de l’Opéra de Montréal, dans la première mise en scène lyrique du cinéaste Charles Binamé, s’annonce des plus prometteuses ! Ce succès public confirme bien sûr la popularité de l’œuvre de Bizet mais aussi l’engouement pour la nouvelle vision de l’institution : que l’opéra soit la vitrine de choix pour les grands créateurs québécois.

Cette production de Carmen est colossale : 374 personnes sont impliquées chaque soir sur scène et à l’arrière-scène, des solistes aux artisans, en passant par les choristes, musiciens, danseurs, figurants et techniciens. Michel Beaulac, directeur artistique de l’Opéra de Montréal, ajoute : « Afin de mener à bon port cette nouvelle production et d’accomplir la vision de Charles Binamé, nous avons changé le processus de répétition du spectacle. Parallèlement à la conception des décors, costumes et éclairages, Charles Binamé travaille depuis plus d’un an avec les solistes pour développer en profondeur leur personnage. Tous canadiens, les chanteurs ont embrassé ce travail d’orfèvre avec grand enthousiasme! »

« Nous sommes tellement stimulés par l’enthousiasme autour de notre nouvelle Carmen, de dire Patrick Corrigan, directeur général de l’Opéra de Montréal. Notre pari d’inviter de grands créateurs québécois qui évoluent hors du monde de l’opéra, pour qu’ils mettent leur génie créatif au profit de notre discipline, génère l’engouement de toute la grande famille de l’Opéra! Cette vision sera bien présente au cours des prochaines saisons également, avec notamment deux premières mondiales d’œuvres de Michel-Marc Bouchard ainsi que la présence de plusieurs autres grands créateurs d’ici, dont le célèbre couturier Philippe Dubuc la saison prochaine. »

Avec la réception très favorable de la saison 2019-2020 de l’institution, le couronnement de Svadba comme Événement musical de l’année aux derniers Prix Opus, ainsi qu’une saison qui se termine à guichets fermés – incluant une supplémentaire! -, on peut affirmer sans se tromper que l’Opéra de Montréal a le vent dans les voiles!

LA DISTRIBUTION

La démarche singulière de Charles Binamé, qui a étendu le travail d’exploration des personnages avec les solistes pendant plus d’un an, requérait une distribution composée de chanteurs canadiens qui pourraient jeter un regard neuf sur ce grand classique du répertoire.  À l’avant de cette distribution entièrement canadienne, la mezzo-soprano Krista de Silva interprétera la célèbre bohémienne et le ténor Antoine Bélanger, le rôle du brigadier transi Don José. Le baryton Christopher Dunham incarnera le torero Escamillo et France Bellemare, un an après ses débuts au Metropolitan Opera, chantera le rôle de Micaëla. La mezzo-soprano Pascale Spinney et la soprano Magali Simard-Galdès, deux jeunes chanteuses issues de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal et menant aujourd’hui des carrières internationales enviables, complèteront le trio de bohémiennes, respectivement dans les rôles de Mercédès et Frasquita. Les barytons-basses César Naassy (Zuniga) et Alexandre Sylvestre (Moralès), le ténor Éric Thériault (Remendado) et le baryton Dominique Côté (Le Dancaire) complètent la distribution.

Le cinéaste Charles Binamé, en plus de piloter la mise en scène de cette nouvelle production, a également adapté certains des dialogues de l’œuvre. Son complice et ami Alain Trudel, chef d’orchestre fréquemment salué à l’Opéra de Montréal, dirigera l’Orchestre Métropolitain dans cette version totalement inédite et québécoise de Carmen. En effet, en plus d’agir comme directeur musical de cette production, celui-ci a également composé des interludes musicaux pour soutenir les dialogues de l’œuvre! Le Chœur de l’Opéra de Montréal, des choristes des Petits chanteurs du Mont-Royal, ainsi que plusieurs danseurs et figurants, participeront également à cette production d’envergure.

L’HISTOIRE 

En Espagne, à Séville. Arrêtée à la suite d’une querelle, Carmen, une gitane au tempérament de feu, séduit le brigadier Don José, fiancé à Micaëla, et lui promet son amour s’il favorise son évasion. Don José libère Carmen, et se fait emprisonner pour l’avoir libérée. Il la retrouve deux mois plus tard et se retrouve confronté à ses amis contrebandiers. Pour elle, José se fait déserteur, et manifeste autant de passion que de jalousie pour Carmen qui finit par le repousser. Survient Micaëla qui parvient à ramener José au chevet de sa mère mourante. L’ultime rencontre entre Carmen et Don José se déroule devant les arènes de Séville : la belle y accompagne son nouvel amant, le torero Escamillo. José tente, dans une ultime confrontation, de convaincre Carmen de revenir auprès de lui.  Désespéré, Don José supplie, implore, menace, mais elle refuse avec bravoure : il la poignarde, avant de confesser son crime.

LE COMPOSITEUR

Né en 1838, Georges Bizet est issu d’une famille de musiciens, son père et son oncle étant chanteurs tandis que sa mère est pianiste. C’est elle qui l’initie véritablement à la musique et le fait rentrer au Conservatoire de Paris en piano, alors qu’il n’a que neuf ans. Au Conservatoire, il étudie et se lie d’amitié avec son professeur de composition, Halévy, et rencontre Charles Gounod. En 1856, il obtient un premier prix d’opérette au concours présidé par Offenbach avec Le Docteur Miracle avant de remporter en 1857 le Grand Prix de Rome. Son séjour à la Villa Médicis lui permet de découvrir la ville éternelle, mais également l’opéra de Verdi, alors en pleine apogée dans l’Italie des années 1850. Bizet est de retour à Paris en 1860 et fréquente les grands compositeurs de son temps tels qu’Offenbach, qui lui présente Rossini, mais également le pianiste Liszt, qu’il rencontre à l’issue de la représentation parisienne de Tannhäuser de Wagner, sans oublier Gounod, avec qui il correspond toujours et qui restera son mentor.

Après avoir commencé puis abandonné plusieurs projets d’opéra, le jeune compositeur reçoit ne nombreuses commandes du Théâtre Lyrique pendant les années 1860 grâce au directeur Léon Carvalho : la première en 1863 pour Les Pêcheurs de perles, dont la création fut suivie de près par Ivan IV, opéra abandonné et dont la création posthume aura lieu en 1951, et enfin La jolie fille de Perth en 1867. En 1869, Bizet épouse Geneviève Halévy, la fille de son ancien professeur de composition, et complète un opéra inachevé de son maître intitulé Noé. Après s’être engagé dans la Garde Nationale lors de la guerre contre la Prusse en 1870, Bizet est successivement nommé à deux postes : celui de chef des chœurs de l’Opéra de Paris, qu’il abandonne pour être chef de chant à l’Opéra-comique. C’est à l’issue des représentations de son opéra Djamileh, en 1872, que Bizet reçoit la commande de son opéra le plus célèbre, Carmen. C’est véritablement en 1875 que Bizet confirme son statut de compositeur : décoré de la Légion d’honneur le jour de la création de Carmen à l’Opéra-comique en mars 1875, trois mois avant sa mort soudaine. Bien que les critiques et la réception de l’œuvre aient été acerbes dans un premier temps, plusieurs compositeurs tels que Saint-Saëns, Brahms ou encore Tchaïkovski l’ont défendue avant que Carmen ne soit acclamée par le public, érigeant Bizet comme l’une des figures majeures de l’opéra français du XIXe siècle.

Opéra : Carmen de Georges Bizet

Genre : Opéra-comique

Structure : 4 actes

Langue : en français avec surtitres français et anglais

Livret : Henri Meilhac et Ludovic Halévy

Création : 3 mars 1875

Production : Opéra de Montréal

PARLONS OPÉRA – GRATUIT

L’Opéra de Montréal sort de ses murs pour vous parler opéra… et c’est GRATUIT! Parlons opéra! est une série d’initiation aux opéras de la saison. En compagnie du musicologue Pierre Vachon, d’un pianiste et de chanteurs, une plongée au cœur de chaque opéra en 90 minutes (incluant une pause café) : histoire, musiques, voix, contexte culturel, compositeur, style…

Dimanche 14 avril, 15h Théâtre Gilles-Vigneault, Saint-Jérôme

Lundi 15 avril, 19h30  Maison de la culture Frontenac(Maison de la culture Janine-Sutto)

Mardi 23 avril, 17h et 19h Grande bibliothèque

Jeudi 25 avril, 19h Cégep de Saint-Laurent

Dimanche 28 avril, 15h Victoria Hall (en anglais)

Dimanche 5 mai, 15h Église de St.Andrew and St. Paul (en anglais)

Dates et informations : http://www.parlonsopera.operademontreal.com

 Suivez-nous

Vente de Billets

Billets à la pièce

Billetterie de l’Opéra de Montréal : 514-985-2258 • 1 877 385-2222 http://www.operademontreal.com

Billetterie de la Place des Arts : 514-842-2112 • 1 866 842-2112  http://www.pda.qc.ca

À partir de 25 $

L’Opéra de Montréal

Bien ancré à Montréal, aux confluents des cultures nord-américaine et européenne, l’Opéra de Montréal agit comme catalyseur de la créativité artistique de la ville et célèbre le riche héritage vocal québécois et canadien, en faisant vivre l’opéra dans tout ce qu’il a de plus diversifié et audacieux. Des grands canons du répertoire lyrique à de nouvelles œuvres d’ici et d’ailleurs, en passant par son programme de perfectionnement pour les meilleurs jeunes chanteurs canadiens et son engagement fort dans la communauté et dans l’éducation, l’Opéra de Montréal propose des événements lyriques inoubliables, où tous sont accueillis chaleureusement et se sentent les bienvenus.

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel