Accueil Jocelyne Tourangeau Lumières Trahison ***

Trahison ***

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

TRAHISON

Une pièce de Harold Pinter
Traduction de Maryse Warda
Mise en scène Frédéric Blanchette
Distribution : Julie Le Breton, François Létourneau, Steve Laplante

CRITIQUE
C’est un compte à rebours qui commence dès que le rideau se lève sur un décor dépouillé. Seuls un cadre de porte et une dénivellation sur la scène nous indiquent qu’on est dans un appartement. Robert est éditeur et Jerry, son meilleur ami, lui déniche des auteurs à publier. Emma est mariée à Robert mais le trompe avec Jerry. Ça commence bien. Emma a d’ailleurs avoué cette relation à son mari et confié à Jerry l’en avoir informé.

Bref, le chat est sorti du sac. On imagine donc que les relations changeront dans le trio. Il n’en est rien. On parle de Judith, la femme de Jerry, des enfants, du dernier repas pris chez l’un ou l’autre. On est poli, on est gentil. On est d’une platitude extrême. À se demander s’il y a jamais eu quelque passion chez l’un ou l’autre membre du trio tant ils agissent avec désinvolture, quasiment avec indifférence.

À l’inverse d’un roman policier où on se prend à chercher les indices qui ont mené au crime, dans Trahison, on voit des vies se détricoter, un fil après l’autre pour finir en insignifiantes balles de laine sans en être émus. Et pourtant, on ne peut pas dire que la distribution soit dénuée de talent. Est-ce le texte qui le veut ainsi ou est-ce la mise en scène?

Flegmatiques les britanniques? Pas à ce point-là.

***

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Au Théâtre du Rideau Vert
4664 rue Saint-Denis
(métro Mont-Royal ou Laurier)
Billetterie : 514.844.1793 ou http://www.rideauvert.qc.ca

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel