Accueil Jocelyne Tourangeau Lumières Les Fourberies de Scapin *****+

Les Fourberies de Scapin *****+

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Les Fourberies de Scapin
de MOLIÈRE
mise en scène CARL BÉCHARD
Avec Simon Beaulé-Bulman, Marie-Ève Beaulieu, Carol Bergeron, Benoit Brière, Patrice Coquereau, Lyndz Dantiste, David-Alexandre Després, Marcelle Hudon, Sébastien René, André Robitaille, Catherine Sénard, Zatianha Zinga Botao

Jusqu’au 10 février au Théâtre du Nouveau Monde
++2 SUPPLÉMENTAIRES++
dimanche 11 février, 14h + samedi 17 février, 15h
________________________________________

L’INTRIGUE
Naples, Octave, jeune homme de bonne société, est amoureux d’Hyacinthe, une orpheline de condition modeste rencontrée par hasard. Son ami Léandre, lui, est éperdument amoureux de Zerbinette, une feune fille ayant grandi parmi les gitans. En l’absence de leur pères Argante et Géronte, partis en voyage, les deux jeunes gens décident d’épouser leurs dulcinées. Mais les pères ont des projets tout autres pour leurs enfants. Les fils, ne sachant plus à qui se confier, se tournent vers Scapin, le valet de Léandre, un petit rusé jamais à court d’idées, grand parieur qui enchaîne fourberies en claquant des doigts. Touché par l’amour des deux jeunes gens, il accepte de les aider en s’attachant la collaboration de Silvestre, le valet d’Octave.

CRITIQUE
Écrite en prose, Les Fourberies de Scapin est l’une des pièces les plus jouées et, vraisemblablement, la plus drôle de Molière. La mise en scène de Carl Béchard est follement éclatée, haute en couleurs et en effets inédits. Le rideau s’ouvre sur les quais de Naples où s’entasse la marchandise déchargée des bateaux. L’eau bleue de la mer méditérranée lèche les quais. D’immenses voiles servent de décor. Les costumes font un clin d’œil aux redingotes du 17e siècle tout en étant très modernes. Les femmes portent des robes de jean ou de fichus très colorés.

André Robitaille défend le rôle de Scapin avec brio. Il est drôle, coquin, ratoureux à souhait. Ma foi, on dirait vraiment qu’il s’amuse. Les pères des deux jeunes, sont joués par Benoit Brière et Patrice Coquereau, parfaits tous les deux. Les rôles des jeunes gens sont bien défendus par Simon Beaulé-Bulman et Sébastien René, tout comme ceux des jeunes filles jouées par Marie-Ève Beaulieu et Catherine Sénart.

La mise en scène totalement déjantée de Carl Béchard renforce avec éclat la légèreté de la pièce. Les tambours ajoutent du punch aux répliques des comédiens. Lorsqu’on évoque la Turquie, les comédiens s’offrent une danse Bollywood au son d’une musique quasi indienne ou alors arabique quand il est question d’Alger, pour finir sur un rigodon. Très étrange dans une pièce d’époque mais pourtant tout à fait réussi.

Molière, assis sur son nuage, a dû s’amuser autant que nous.

*****+
0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Magnifique initiation au théâtre classique, Les Fourberies de Scapin est un spectacle à voir en famille. Cette production du TNM partira ensuite en tournée dans tout le Québec au printemps 2018.

Au Théâtre du Nouveau Monde
84 rue Sainte-Catherine Ouest
(métro Place des Arts)
Réservations 514.866.8668 ou http://www.tnm.qc.ca

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel