Accueil Jocelyne Tourangeau Lumières J’abandonne une partie de moi que j’adapte

J’abandonne une partie de moi que j’adapte

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

J’abandonne une partie de moi que j’adapte
Initié et mis en scène par Justine Lequette

Du 28 août au 7 septembre 2019, la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier (TDP) accueillera J’abandonne une partie de moi que j’adapte, succès du Festival Off d’Avignon à l’été 2018, pour 9 représentations seulement. Le spectacle qui tourne toujours en France et en Belgique fut initié et mis en scène par Justine Lequette. L’auteure a coécrit la pièce avec les interprètes de la production en s’inspirant du documentaire Chronique d’un été (1961), œuvre phare du cinéma-vérité en Europe. Après l’accueil chaleureux que le public montréalais avait offert à l’équipe de La Convivialité, Claude Poissant, directeur artistique du TDP, se devait de lui partager cette autre découverte belge.

« Cette écriture de plateau joyeuse et sans compromis, ce jeu libre et pourtant précis, cette quête mélancolique du bonheur, ce plongeon dans nos mémoires pour sonder le temps présent, il y a tant dans J’abandonne …»
– Claude Poissant

L’HISTOIRE 

« Êtes-vous heureux ? » Quatre comédiens trentenaires et la metteure en scène Justine Lequette, touchés par le documentaire français Chronique d’un été (1961), reprennent les questions-clés qu’autrefois les cinéastes Edgar Morin et Jean Rouch posaient aux passants, aux ouvriers, aux étudiants, aux immigrants. Dont celle-là, et celle-ci. « En quoi votre bonheur est-il lié au travail ? ». Près de 60 ans plus tard et devant une société transformée, la création de ces artistes issus du Conservatoire de Liège met en perspective les deux époques et s’interroge, avec force et tendresse, sur les notions de travail, de bonheur et d’utopies.

Entre écriture de plateau et effluve de Nouvelle Vague, le spectacle, d’une esthétique toute en mouvance, nous laisse percevoir quel curieux sens nous donnons à nos vies.

« Une belle réussite, drôle sur la forme et dramatique sur le fond, poétique et politique.»
– Guy Duplat, La Libre Belgique 

CHRONIQUE D’UN ÉTÉ

Ce film – 1ère expérience de cinéma-vérité en France – fait le pari d’interroger des gens sur leur vie quotidienne, pendant un mois, à Paris. Avec leurs regards de sociologue et d’anthropologue, Edgar Morin et Jean Rouch réussissent à capter « un moment » de l’année 1960, par le biais de questions simples : Êtes-vous heureux ? Comment vis-tu ? Est-ce qu’il y a quelque chose en quoi tu crois ? Les questions se posent d’abord dans la rue, aux passants, puis dans un cadre plus resserré et intime, avec quelques personnes que l’on suit plus en détail. Les personnes interrogées semble avoir conscience de la fracture entre la vie et le travail : c’est l’époque des ouvriers spécialisés, la société industrielle prend toute son ampleur, la question du sens commence à se poser avec acuité.

  1. Edgar Morin pense se trouver à un tournant de civilisation. La possibilité d’un contremodèle disparait, la société de consommation se développe, les individus sont atomisés. La désillusion plane, donc. Et pourtant, dans le même temps, quelque chose de profondément vivant, d’intensément joyeux, d’éminemment stimulant émane des images de Chronique d’un été.

Auteure et metteure en scène : Justine Lequette

D’abord formée au sein de la Compagnie THEC sous la direction d’Antoine Lemaire, elle a joué dans Vivre sans but transcendant est devenu possible (La Rose des Vents à Lille, La Virgule à Tourcoing,Théâtre d’Arles scène nationale). Elle poursuit en parallèle des études de droit au sein de la Faculté de Lille 2 (bac+8), puis intègre l’École Supérieure d’Acteurs de Liège (ESACT) dont elle sort diplômée en 2016. Elle y a notamment travaillé avec Mathias Simons, Françoise Bloch, Isabelle Gyselinx, Pietro Varasso, Raven Ruëll et Jos Verbist, ainsi qu’avec Delphine Noels (cinéma/réalisation collective d’un long métrage). En 2016, elle joue dans Un Arc-en-ciel pour l’Occident Chrétien mis en scène par Pietro Varasso (Théâtre de Liège, Théâtre de Poche, Festival Quatre Chemins en Haïti et Festival Les Récréâtrales au Burkina Faso).

Idée et mise en scène Justine Lequette
Écriture collective et interprétation Rémi Faure, Benjamin Lichou, Jules Puibaraud et Léa Romagny
Assistance Ferdinand Despy 
Éclairages Guillaume Fromentin

Avec le soutien de l’ESACT, La Chaufferie-Acte1, Festival de Liège, Eubelius

Remerciements particuliers à Nathanaël Harcq, Annah Schaeffer, Astrid Akay et Jo De Leuw

Le spectacle J’abandonne une partie de moi que j’adapte inclut des extraits de la pièce Je te regarde d’Alexandra Badea, représentée et publiée dans son intégralité par L’Arche Éditeur.

Textes des films Attention Danger Travail et Volem Rien Foutre al pais réalisés par Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe, et produits par C-P Productions.

Textes et images du film documentaire Chronique d’un été, réalisé par Jean Rouch et Edgar Morin, et produit par Argos films.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel