Accueil Jocelyne Tourangeau Lumières IL ÉTAIT UNE FOIS…. LE WESTERN

IL ÉTAIT UNE FOIS…. LE WESTERN

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) présente IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN. Cette grande exposition pluridisciplinaire offre une lecture inédite du cinéma western en considérant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du XIXe siècle à nos jours.

Initié par le Musée des beaux-arts de Montréal, ce projet est produit par le MBAM et le Denver Art Museum (DAM). L’exposition s’inscrit dans la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal.

IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN célèbre la beauté du western comme il expose ses versants plus sombres. L’exposition explore des thèmes reliés à des problématiques toujours actuelles telles que la culture de la violence, la représentation stéréotypée des genres, les relations interraciales et la fabrication de stéréotypes. Elle aborde notamment les préjugés envers les peuples des Premières Nations que le western a contribué à perpétuer. Elle démontre à quel point l’art peut à la fois entretenir, mais aussi remettre en cause les croyances les plus répandues.

Fondamentalement, le western raconte l’épopée d’une nation qui se construit avec ses succès et ses échecs, ses fantasmes et ses hypocrisies. Consubstantiels au genre, les enjeux liés à la race, à la virilité, à la violence et au nationalisme sont présents aujourd’hui autant qu’hier. Premier regard approfondi et multidisciplinaire sur l’histoire du western, cette exposition explore ses mythes, depuis sa naissance jusqu’au présent, aux États-Unis et au Canada. Les trappeurs, la culture du rodéo et country bien vivante, les paysages, les artistes et les peuples d’ici ont eu une influence importante sur le western.

La création, la transmission et la transformation du mythe western en Amérique, aux États-Unis comme au Canada, y sont étudiées. Plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts, photogrammes et extraits de films rendent compte de l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma.

Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, a initié et dirigé ce projet à Montréal. Elle explique « Depuis mon installation à Montréal, porte de l’Ouest, je porte l’idée de faire ce projet d’exposition multidisciplinaire. Les Américains entretiennent un rapport singulier avec le cinéma : Hollywood a joué un rôle clé dans l’invention d’une histoire nationale, dont le western fut l’un des principaux vecteurs. Depuis le spectacle de Buffalo Bill jusqu’à la scène sociopolitique actuelle, la légende du héros de l’Ouest s’imprime durablement au cœur de l’identité américaine. L’invention du western est celle d’une histoire culturelle quand l’histoire de la conquête de l’Ouest est en fait terminée.

« Je souhaitais montrer comment la fabrique des images s’est nourrie d’histoire, d’arts visuels et de films pour cristalliser une mythologie de l’Ouest américain, puis comment les artistes l’ont récupérée pour en dénoncer des valeurs machistes, les stéréotypes racistes, l’annexion des territoires et une culture de la violence, toujours endémiques dans cette civilisation. Ce genre, autrefois cadenassé par une censure patriotique, puritaine et manichéenne, est devenu un puissant instrument critique : le western traite du désenchantement face au rêve américain ou accompagne les révolutions sociales. À Montréal, j’ai voulu une exposition complexifiée, nuancée et engagée dans ces problématiques actuelles. »

Mary-Dailey Desmarais, conservatrice de l’art moderne international au MBAM, responsable de l’édition montréalaise et co-commissaire de l’exposition, poursuit : « Le western a toujours été plus qu’une simple histoire de « cowboys et d’Indiens », de hors-la-loi, de bandits et de bagarres dans des saloons. Fondamentalement, il est l’épopée d’une nation qui se construit, avec les succès, les échecs, les fantasmes et les hypocrisies que l’aventure comporte.

« Surtout, derrière la légende, de vraies vies se sont jouées. L’expansion vers l’Ouest a détruit des populations entières d’Autochtones, laissant dans son sillage des traités violés et des existences brisées. Une des préoccupations est ici d’examiner les stéréotypes des Premiers Peuples perpétués par le western, en démontrant le pouvoir de l’art pour façonner les mythes, mais aussi pour ébranler les plus solidement établis. »

Au Musée des beaux arts de Montréal
1380 rue Sherbrooke Ouest

https://www.mbam.qc.ca/

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel