Accueil Jocelyne Tourangeau Lumières Espèces en voie de disparition

Espèces en voie de disparition

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Les mercredi, jeudi, vendredi, samedi 6, 7, 8 et 9 juin 2007 à 21h

Productions SuperMusique présente en grande première

Espèces en voie de disparition
une installation/performance de Diane Labrosse

installation à compter de 20h30 / performance à 21h [retardataires non admis]

Après avoir présenté en janvier dernier Treize lunes, spectacle de danse/musique improvisée au Monument National, en coproduction avec DanseCité, Productions SuperMusique clôture sa saison 2006-2007 avec Espèces en voie de disparition, une installation/performance de la musicienne Diane Labrosse, tout juste revenue de Vancouver où elle présentait l’installation/parcours Each… and Every Inch, une production multimédia sur la vie et l’œuvre de l’écrivaine canadienne Élisabeth Smart, présentée à Montréal en octobre 2002.

Compositrice et virtuose de l’échantillonneur, exploratrice des listes éphémères et étalagiste surdouée des états d’âmes audio, Diane Labrosse aime les thématiques de collections sur lesquelles elle allonge son plaisir des variations : après Petit traité de Sagesse pratique et Petit bestiaire, dans lesquels il était question de proverbes et d’animaux, la voici qui se penche maintenant sur le dernier souffle d’un outillage devenu inutile, afin de joliment nous faire entendre son râle final.

En anthropologue dilettante, à la recherche d’anciennes traces sonores, celles laissées par des Espèces en voie de disparition, Diane Labrosse s’attardera sur ces appareils menacés d’extinction : percolateur, dactylo, imprimante à ruban, téléphone à cadran rotatif, réveille-matin à ressort, répondeur à cassette, téléviseur noir et blanc, etc.

Comme elle le dit elle-même : «Dans cette installation/performance, il ne s’agit pas de développer un propos nostalgique mais plutôt d’utiliser les objets comme générateurs sonores. Ceux-ci seront manipulés, mécanisés, amplifiés, spatialisés, contextualisés, utilisés comme instruments de musique, rassemblés en famille ou présentés en solo.»

Le tout se déroulera dans deux espaces : un espace galerie et un espace performance. Chaque soir le public pourra circuler à son gré dans l’espace galerie où les objets mécanisés et/ou interactifs seront présentés à la manière d’une installation. Il sera ensuite amené vers l’espace performance dans lequel il entreprendra un parcours formé de huit stations/performances, toutes prises en charge par l’équipe «quatre étoiles» rassemblée par Diane Labrosse : Michel F Côté, Diane Labrosse (elle-même), Pierre Tanguay, Martin Tétreault, aux objets et instruments ; Élodie Lombardo, Séverine Lombardo, aux allées et venues ; Marc-Alexandre Brûlé, aux illusions et aux éclairages ; et Sébastien Cliché aux images vidéo.

Pour vous rincer l’œil et satisfaire votre curiosité amusée, en appéritif, sachez que Pierre Tanguay sera confronté à la polyrythmie d’une cinquantaine de réveille-matin et d’horloges alors que Martin Tétreault en débattra avec une douzaine de tourne-disques. Pour le reste, soyez sans crainte : disparaître a du bon.

Ce bazar audio printanier ne pourra accueillir qu’un auditoire restreint, Diane Labrosse vous suggère donc de vous munir d’un billet à l’avance ! À bon entendeur…

Productions SuperMusique et Diane Labrosse tiennent à remercier le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada, le conseil des arts de Montréal et la Fondation SOCAN.

D i a n e L a b r o s s e : conception et réalisation — aux objets et aux instruments

Compositrice, improvisatrice et interprète, Diane Labrosse se retrouve régulièrement sur les scènes de musique actuelle, improvisée et d’avant-garde tant au Canada qu’à l’étranger où elle participe à plusieurs festivals d’envergure. Membre fondatrice des ensembles Justine et Wondeur Brass auprès de Joane Hétu et Danielle P. Roger, elle poursuit actuellement plusieurs projets dont le trio Les Poules (Hétu et Roger), le duo Parasites (Martin Tétreault), le quintette Petit Bestiaire (textes de Guy Marchamps) de même que l’O.V.N.I. (L’orchestre des Valeureux Nouveaux Improvisateurs), un orchestre ad hoc qu’elle dirige tous les étés au Camp Musical du Saguenay-Lac-St-Jean.

Au cours de la dernière année, elle a été très présente à Vancouver où elle a joué avec le NOW Orchestra, le groupe Talking Pictures, participé au Vancouver New Music festival ainsi qu’au festival d’improvisation Time Flies ; elle y présentait tout récemment la reprise de Each… and Every Inch, une installation multimédia de la compagnie Theatre Cryptic (Ecosse) créée à Glasgow en 2002 et présentée à Montréal en octobre 2002 par les Productions SuperMusique.

Depuis quelques années elle multiplie les collaborations : en danse elle a signé la musique de Double Story de Crystal Pite et Richard Siegal, R.A.F.T. de Marc Boivin, Sens cible de Andrew Harwood, Blackmail de Deborah Dunn et co-signé celle de Ce qu’il en reste de Louise Bédard et Les Cousins de Harold Rhéaume. Elle a travaillé auprès du metteur en scène Robert Lepage pour les pièces La Géométrie des miracles et Zulu Time. Elle a créé des installations sonores dans des lieux inusités avec la compagnie Tura-ya-moya (Danemark).

Comme compositrice, elle a signé des pièces pour l’ensemble SuperMusique et Espaces Sonores Illimités (Montréal), pour les ensembles Array Music et The Burdocks (Toronto) de même qu’une adaptation pour le N.O.W. Orchestra (Vancouver). Elle a également écrit une pièce pour bateaux, locomotives, percussions et bouteilles d’air comprimé dans le cadre de l’événement «Les Symphonies portuaires» et une pièce pour un ensemble de neuf pianos-jouets, présentée au Festival de Jazz de Vancouver. En 2007, elle a participé à Montréal au projet L’oreille dans l’œil (commissaire Sébastien Cliche) pour lequel elle a composé une pièce à partir d’une partition graphique du photographe Gwenaël Bélanger.

Sa discographie comprend plus d’une trentaine de disques dont Dix situations précaires (Darling, Dionne, Freedman, Labrosse), Lunch in Nishinomiya (Haco, Martin Tétreault), Prairie orange (Les Poules), Parasites (Labrosse/Tétreault), Ile bizarre (Mori/Tétreault), Télépathie (a_dontigny), Petit traité de Sagesse pratique, Face cachée des choses (solo), Duo Déconstructiviste (Côté/Labrosse), de même que des collaborations sur les disques compacts de Jean Derome, Joane Hétu, Danielle P. Roger, Michel F. Côté et Geneviève Letarte. Diane Labrosse est, depuis 1980, co-directrice artistique de Productions SuperMusique (production de concerts de musique actuelle). Son implication dans le milieu des musiques de création, et envers les artistes y œuvrant, l’ont amenée à travailler de plus en plus à la diffusion internationale de ces musiques. Elle fait également partie du collectif Ambiances Magnétiques, regroupement de musiciens/producteurs indépendants. Discographie sélective:

www.actuellecd.com

D i a n e L a b r o s s e : extraits de presse

Diane Labrosse manie l’échantillonneur comme un poème : identifiables ou non, ses sons nous arrivent métamorphosés. – François Couture, Ici, Canada, 2003

Diane Labrosse aime à détourner la masse sonore pour en extraire l’inattendu. Compositrice instantanée, improvisatrice de l’instant, elle n’a de cesse d’explorer toutes les techniques électroacoustiques existantes dans une ode à la bizarrerie. – Luc Bouquet, Écouter voir, France, 2000

Certains lecteurs de cette chronique n’étaient encore qu’à l’état de leur conception lorsque Diane Labrosse exaltait déjà (début 1980) avec énergie sa musique au sein de groupes féminins talentueux (Wonder Brass, Justine). Quelques années plus tard, on la retrouve négociant son talent avec génie en compagnie des marchands du temple de chez Tzadik (Ikue Mori, Martin Tétreault, Zeena Parkins). – Julien Jaffré, Jade, France, 2003

Ce qu’il en reste de Louise Bédard Danse
Un spectacle remarquable (…) les danseurs qui sont six sont absolument formidables (…) deux musiciens sur scène, Michel F. Côté et Diane Labrosse sont absolument époustouflants (…) en osmose parfaite avec les danseurs (…) C’est du bonheur! – Isabelle Poulin, Radio Canada, Canada, 2005

Double Story de Crystal Pite et Richard Siegal
Diane Labrosse, sur scène, excelle comme à son habitude. À découvrir et à décortiquer.
—François Dufort, DFDanse, Canada, 2006

Each… and Every Inch de Theatre Cryptic
Pour l’occasion, Diane Labrosse, des Productions SuperMusique, se charge admirablement et poétiquement de la sonorisation de bien des lieux. – François Tousignant, Le Devoir, Canada, 2002

The most successful was the Saturday afternoon concert by Diane Labrosse (electronics), Martin Tétreault (turntables etc), Xavier Charles (clarinet and electronics) and French duo Kristoff K. Roll (household objects). …The improvisation was powerful and atmospheric, dominated by Labrosse’s inventive use of samples taken from around her house.
—Michael Chamberlain, Signal to Noise, États-Unis, 2003

Electroacoustic sets were offered by the nuanced Coin Gutter and sampling artist Diane Labrosse and Aimé Dontigny, whose collaboration resulted in a tactile, improvisatory dialogue.
—Schepper, Grooves, États-Unis, 2003

(…) the precise workings of veteran improvisational artist Diane Labrosse — on what appeared to be a theremin device.
—Tobias van Veen, Dusted Magazine, États-Unis, 2003

Productions SuperMusique (PSM)

Fondé en 1979 et dirigé par les musiciennes Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger, PSM produit et diffuse des concerts de musique actuelle au Québec, au Canada et à l’international par le biais de programmations audacieuses, tout en mettant en relief la participation des femmes dans la recherche et l’innovation musicale. En 1998, PSM a créé l’Ensemble SuperMusique, une formation à géométrie variable vouée à l’interprétation de la musique actuelle et à l’improvisation.
Les plus prestigieuses réalisations de PSM sont : le Festival international de musiciennes innovatrices de Montréal (1988), Ambiances magnétiques en concert/Théorie des ensembles (1990), Les muses au Musée (1992), Tohu-Bohu, sept jours de musique actuelle (1993), Musique physique/physique musicale (1995), SuperMicMac (2000, prix Opus de l’Événement musical de l’année), SuperBoom (2001), Canot-camping de Jean Derome (2002 et 2005), Each… and every inch en collaboration avec Théâtre Cryptic de Glasgow (2002), la série SuperOption (2002-2004), Bruiducœur, prières des infidèles (2004), Palimpseste d’orchestre (2005), Filature (2006) et Treize lunes (2007).
PSM se distingue par son esprit d’ouverture aux différentes tendances musicales qui forment la musique actuelle et qui ont jalonné son parcours telles l’improvisation, le rock déstructuré, le jazz fragmenté, les chansons éclatées, le folklore réinventé, l’ambiance bruitiste, les nouvelles musiques d’ensembles, les métissages des lutheries acoustiques, électriques, électroniques et inventées. Les musiques mises de l’avant par PSM sont des musiques renouvelées par la cohabitation des différentes tendances musicales, par un nouveau partage entre compositeurs et interprètes et par la participation des compositeurs en tant qu’interprètes de leurs propres œuvres. – http://www.supermusique.qc.ca

Au 5455 de Gaspé, espace 701
entre Fairmount et Saint-Viateur
( métro Laurier)

Billets § 20$ régulier § 12$ artistes, étudiants, ainés
en prévente : L’Oblique, 4333 Rivard, 514.499.1323 §
à la porte

Infos : www.supermusique.qc.ca

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel