Accueil Jocelyne Tourangeau Lumières Dernier week-end du FTA

Dernier week-end du FTA

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Dernier week-end de spectacles
pour le festival TransAmériques

Cette fin de semaine plusieurs compagnies arrivent en ville pour le début de leur résidence à Montréal. Ainsi, nous amorçons le tronçon final du festival avec la première de Genderf*cker ce soir, à l’Espace orange de l’Édifice Wilder.

À ne pas manquer dans les prochains jours :

CUCKOO

30 mai au 2 juin
Place des Arts, Cinquième salle

Une rare occasion d’être en contact avec la réalité sociale, économique et intime coréenne à travers le regard d’un jeune artiste coréen. Sur scène Jaha Koo est accompagné de trois autocuiseurs à riz de la marque Cuckoo, qui sont ses partenaires de jeu. Une nouvelle génération d’artistes contemporains asiatiques à découvrir, pour la première fois à Montréal.

>>D’origine sud-coréenne, l’artiste performeur Jaha Koo, né en 1984, a étudié à l’université de son pays avant de s’exiler aux Pays-Bas et de poursuivre ses études en théâtre à Amsterdam afin d’obtenir sa maîtrise.

>>Ses spectacles traitent de son histoire intime, en lien avec la société qui l’a vu grandir, ainsi que de la politique internationale et des grands enjeux économiques.

>>Il ne se définit ni comme un auteur, ni comme un metteur en scène, mais bien comme un créateur de théâtre.

THIS TIME WILL BE DIFFERENT

1er au 4 juin
Studio Hydro-Québec du Monument-National

La rencontre de deux jeunes créatrices de la création contemporaine autochtone qui dénonce avec aplomb les échecs et l’hypocrisie de l’industrie de la réconciliation envers les peuples autochtones du Canada. Cette installation se veut un réel espace de guérison qui réunit plusieurs générations de la communauté autochtone dans un geste cathartique. Une opportunité pour tous de tendre vers une possibilité de réconciliation.

>>Emilie Monnet, artiste en résidence au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui pour les trois prochaines années, elle présente son spectacle Okinumà la salle Jean-Claude-Germain. De mère anishnaabe et de père français, l’engagement artistique d’Émilie s’inspire de nombreuses années d’activisme auprès d’organisations autochtones (Canada et Amérique Latine), et de sa participation à des projets artistiques avec des femmes judiciarisées et jeunes autochtones.

>>Lara Kramer est une chorégraphe et artiste multidisciplinaire d’origine métissée ojie-crie et menonnite. Son œuvre met en contraste les relations brutales qu’entretiennent les peuples autochtones avec la société coloniale.

SPEED GLUE

1er au 4 juin
La Chapelle Scènes Contemporaines

La compétition faisant place à la coopération, les deux sportifs doivent garder la balle en jeu tout au long de la représentation. Le ping pong comme nous ne l’avons jamais vu, une chorégraphie pour deux hommes et une balle! Dorian et Simon invitent deux champions de ping pong à se soumettre à de nouvelles règles de jeu devant un public de danse contemporaine.

>>Inspirés par le lieu de leur résidence (le ping pong est un jeu très sérieux et important dans la culture allemande autant au niveau compétitif qu’amateur.), les artistes ont commencé s’intéresser au ping pong et à l’échange qu’il implique entre deux parties / joueurs / compétiteurs.

>>La colle rapide ou speed glue permettait aux joueurs d’aller plus vite, plus loin, d’être plus performant, tout comme le capitalisme qui vise un rendement effréné. Cette performance cherche donc à détourner, pousser ce parallèle.

BACCHANTES – PRÉLUDE POUR UNE PURGE

2 et 3 juin
Salle Ludger-Duvernay du Monument-National

Le grand retour de Marlene Monteiro Freitas à Montréal avec une forme spectaculaire, où son style à la fois étrange et éclaté en met plein la vue dans un spectacle jouissif. Avec 13 interprètes et musiciens, elle livre des bacchantes survoltés à travers une succession de tableau où rivalisent l’ordre et le chaos. Du délire! Si vous ne l’avez jamais vu, venez voir Marlene Monteiro Freitas, récipiendaire du lion d’argent à la biennale de Venise.Vous ne l’oublierez jamais.

>>Marlene Monteiro Freitas est née au Cap Vert où elle a co-fondé la troupe de danse Compass. En 2017, la Société Portugaise des Auteurs (SPA) a décerné à Jaguar le prix de la meilleure chorographie

>>Depuis 2006, elle a créé de nombreuses oeuvres dont : Bacchantes –Prélude pour une Purge (2017) ,d’ivoire et chair – les statues souffrent aussi (2014, FTA 2015); Paradis – collection privée (2012-13); (M)imosa, co-crée avec Trajal Harell (FTA 2012), François Chaignaud et Cecilia Bengolea (2011 et FTA 2012), elles ont toutes comme dénominateur commun l’ouverture, l’impureté et l’intensité.

>>Elle a cofondé P.OR.K, structure de production basée à Lisbonne (Portugal).

Festival TransAmériques
22 mai au 4 juin 2019
http://www.fta.ca

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel