Accueil bulletin L'environnement, ça me concerne Un été chaud

Un été chaud

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

L’été au Québec a été particulièrement sec, selon Environnement Canada. Depuis 60 ans, seulement six autres étés ont connu moins de précipitations dans la région des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent.

À l’échelle nationale, c’est la chaleur qui détonne. L’été arrive au septième rang depuis 60 ans, grâce à des chaleurs bien au-dessus de la normale dans le Grand Nord. «C’est compatible avec les modèles de réchauffement de la planète, qui prévoient que les latitudes nordiques seront davantage touchées», explique Lucie Vincent, climatologue au bureau torontois d’Environnement Canada.

Au Québec, l’été a été 0,4 degré au-dessus de la normale, le 24e rang sur 60 ans. Il a plu 15,6% moins que la normale, au 53e rang de la pluviométrie.

Le Nunavut est la région où on observe les augmentations les plus extrêmes cette année, avec un été de 1,4 degré supérieur à la normale, et une pluviométrie de 28% supérieure à la normale. Les Maritimes ont aussi été pluvieuses.

À titre de comparaison, à l’échelle nationale, le record de chaleur a été établi en 1998, avec un dépassement de 1,8 degré. Le record de l’été le plus frisquet date de 1968, avec 0,8 degré sous la normale.

Pour faciliter les calculs, Environnement Canada considère que la saison d’été commence le 1er juin et se termine le 31 août.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel