Accueil bulletin L'environnement, ça me concerne Rabaska, Québec hésite

Rabaska, Québec hésite

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le gouvernement du Québec n’est pas encore prêt à donner son aval à la réalisation du projet controversé de terminal méthanier Rabaska à Lévis, a indiqué mercredi le premier ministre Jean Charest.

Il s’agit d’un projet de 840 M$ proposé par le consortium formé de Gaz Métro, Enbridge et Gaz de France.

Mardi, la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, avait indiqué que le gouvernement se prononcerait d’ici la fin du mois de septembre sur l’avenir du projet, qui comprend l’aménagement d’un terminal et la construction d’un gazoduc d’une quarantaine de kilomètres.

Mais son collègue des Ressources naturelles, Claude Béchard, s’est empressé mercredi de faire savoir qu’il était prématuré de fixer une date butoir dans ce dossier épineux.

Le gouvernement Charest marche sur des oeufs en ce qui concerne le projet Rabaska, même si le dossier a passé avec succès le test de l’examen par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

De fait, les libéraux craignent de se retrouver avec un nouveau « mont Orford », une crise politique nationale provoquée par un projet honni par les groupes environnementaux de tous horizons.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel