Accueil bulletin L'environnement, ça me concerne Les Nations unies saluent les Américains

Les Nations unies saluent les Américains

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Les Nations unies saluent la décision d’une commission du Sénat américain de réduire les émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis, le plus grand émetteur mondial, même si Washington a réaffirmé son opposition au plafonnement des émissions.

« C’est un signe très encourageant des Etats-Unis », a dit Yvo de Boer, secrétaire de l’Onu sur les changements climatiques à propos du vote de la commission du Sénat sur l’environnement et les travaux publics qui intervient en pleine conférence de Bali sur le climat.

Ces encouragements accentuent l’isolement de l’administration Bush à Bali où sont réunis environ 10.000 délégués représentant quelque 190 pays pour réfléchir à l’après Kyoto.

Le nouveau gouvernement australien a ratifié lundi le protocole de Kyoto, laissant les Etats-Unis seul pays riche en dehors de l’accord.

A Washington, la commission du Sénat a voté à onze voix contre huit mercredi une loi ébauchant un système d’échange de quotas d’émission (« Cap™ ») dans l’industrie, la production d’électricité et les transports. La proposition doit être encore discutée au Sénat.

George Bush est opposé aux plafonnements obligatoires des émissions de gaz à effet de serre, préférant à la place des efforts d’investissements dans des technologies propres. Il estime que Kyoto, qui ne contraint que les nations industrialisées, nuirait à l’économie américaine et que les pays en développement sont exclus à tort des objectifs jusqu’en 2012.

Le président américain veut que les 17 plus grands pays émetteurs, responsables de plus de 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre se mettent d’accord sur de nouveaux objectifs climatiques d’ici la fin 2008 – juste avant de quitter la Maison blanche – afin d’alimenter le nouvel accord des Nations unies.

UNE FENÊTRE DE 10-15 ANS

Plus de 200 scientifiques du monde entier spécialistes du climat ont exhorté les pays présents à Bali à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre principalement celles issues des combustibles fossile de manière plus importante et plus rapide.

Ils ont affirmé que les gouvernements avaient une fenêtre de 10-15 ans pour que les émissions mondiales atteignent un pic et diminuent et que le but final serait une réduction d’au moins 50% d’ici 2050.

La conférence internationale des Nations unies réunie du 3 au 14 décembre à Bali a pour mission de lancer des négociations afin de parvenir d’ici fin 2009 à un nouveau traité élargissant les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par le protocole de Kyoto, qui expire en 2012.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel