Accueil bulletin L'environnement, ça me concerne Le pape et l’environnement

Le pape et l’environnement

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Benoît XVI place enfin l’environnement au coeur des priorités catholiques.

Au moment où Benoît XVI succédait à Karol Wojtyla, en avril 2005, L’Écologiste, une revue franco-britannique, titra « Habemus papam ecologistum ». Elle relevait que le théologien Joseph Ratzinger, un Bavarois sensible aux questions écologiques, avait renoué avec ce thème oublié.

Alors que les experts internationaux tirent la sonnette d’alarme, Benoît XVI a donc placé l’écologie au coeur des sujets prioritaires de l’Église catholique.

Si aucun texte fondateur n’est encore venu la sanctionner, sa doctrine est en train de s’élaborer.

Depuis plus d’un an, le Pape décline un discours qui commence à se faire entendre. Le Vatican veut montrer l’exemple. Le plus petit État du monde a pour ambition de devenir neutre en émission de carbone.

Il n’y a sur ses 44 hectares de souveraineté aucune industrie polluante, mais il multiplie les effets d’annonce : panneaux solaires pour alimenter la grande salle des audiences qui jouxte la basilique Saint-Pierre, plantation d’une « forêt climatique du Vatican » en Hongrie, un « puits de carbone » de 7 000 hectares. Aux jeunes Italiens réunis à Lorette au début du mois de septembre, Benoît XVI a surtout demandé d’agir « d’urgence » pour « protéger les équilibres fragiles de la nature » et recréer « un lien fort entre l’homme et la Terre ».

Le Pape ne succombe pas à une mode écologique. Sa problématique relève avant tout de la théologie, du spirituel et de la morale. Pour Benoît XVI, la question environnementale embrasse une très vaste dimension, celle du respect de la vie et de la sauvegarde de l’oeuvre de Dieu : la Création.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel