Accueil bulletin L'environnement, ça me concerne Jean Charest inaugure le parc des Pingualuit

Jean Charest inaugure le parc des Pingualuit

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Jean Charest a inauguré hier, le parc des Pingualuit, le dernier-né des parcs québécois, le parc des Pingualuit, à l’extrémité nord de la péninsule d’Ungava, dans le cercle polaire, à 1800 km de Montréal. C’est le deuxième plus grand parc du réseau, après celui de Mont-Tremblant.

Le gouvernement réalise ainsi une promesse contenue dans la Convention de la Baie-James, signée en 1975.

« Les Inuits du Québec sont en quelque sorte les anges gardiens de notre territoire, surtout dans un contexte de changements climatiques, de souveraineté et d’occupation du territoire québécois », a fait valoir M. Charest après l’inauguration, au village de Kangiqsujuaq.

Pingualuit, en inuktitut, signifie « boutons d’acné ». En effet, le parc des Pingualuit est caractérisé par un immense cratère, causé par une météorite, au centre duquel se trouve un lac de plus de 1,4 million d’années. Le plan d’eau, d’un diamètre de 3,4 km, est d’une pureté exceptionnelle.

« C’est unique, c’est très exotique, ce cratère », a commenté le premier ministre, qui avait survolé le cratère en matinée.

Le parc est soustrait à toute exploitation minière ou commerciale, mais les Inuits pourront y poursuivre leurs activités de chasse et de pêche. La région compte le plus important troupeau de caribous au monde, avec plus de 600 000 têtes.

La gestion et les services du parc ont été confiés au gouvernement régional inuit. Le parc devrait générer une dizaine d’emplois dans la communauté.

« La formule est originale, a rappelé M. Charest en point de presse. C’est eux (les Inuits) qui vont le gérer, c’est vraiment leur parc, qu’ils vont protéger, pas juste pour les Québecois, mais pour le monde entier. C’est donc un symbole très, très fort de beaucoup d’enjeux qui touchent nos vies. »

La localité de Kangiqsujuaq sert de porte d’entrée du parc, bien qu’elle soit à une centaine de kilomètres du territoire protégé. Le village est doté d’un centre d’interprétation qui met en valeur la faune et la flore du parc, de même que la vie et l’histoire des Inuits.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel