Accueil Billet d'humeur de Jeff de Bruxelles victimolâtrie

victimolâtrie

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Mon Billet d’humeur 20 novembre 2017

victimolâtrie
Je dois avouer que lorsque j’ai lu, dans un article de presse, ce terme, victimolâtrie, j’ai relu deux fois pour savoir s’il n’y avait pas une faute de syntaxe ou autres. Et bien non , il s’agit d’un terme que l’on emploie peu souvent. En soi, ce n’est pas un problème, par contre, après réflexion, je m’aperçois que c’est toujours la victime qui est mis en cause au prorata de l’accusé. Je m’en réfère à un juge qui demande, soi-disant au nom de Jésus-Christ, que l’on pardonne à un pédophile notoire ces pires exactions et que les victimes, à savoir les parents d’enfants assassinés, doivent apprendre à pardonner et ne pas devenir  victimes ce qui deviendrait un statut , à savoir la victimolâtrie !  Bien entendu, un hola général s’est manifesté. La justice étant d’un laxisme désarmant , et si au nom de la religion, le pardon devrait être synonyme de rédemption auprès d’assassins psychopathes, le commun des mortels, la population risque de monter aux barricades. Certains pays appliquent une justice implacable, d’autres plus magnanime. Pour ma part, je ne dirais pas que la peine de mort soit nécessaire mais la  prison à vie, à perpétuité, pour les cas les plus graves doit être appliquée, d’une manière ferme, sans  réduction de peine. Il n’y a dans mes propos ni vengeance, ni volonté de nuire à ces condamnés, jugés pour leurs actes , mais en premier lieu, en cas de libération, même conditionnelle, d’éviter des récidives et  que la société soit en contact avec des personnes  ayant des problèmes psychatriques où tout autres maladies susceptibles de nuire à autrui. Alors que l’on ne me parle pas de religions qui prônent que seul le créateur peut pardonner et que ce juge peut se targuer de tels propos .
Jeff de Bruxelles
Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel