Accueil Billet d'humeur de Jeff de Bruxelles Armes

Armes

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

https://www.facebook.com/Vivacite/videos/1690024717708834/

Comme illustration de ce billet d’humeur, j’ai choisi , une fois n’est pas coutume, une illustration sonore , glanée sur le web,  significative de cette folie des hommes. En effet, le son dépasse l’image. Cette fusillade , qui rappelle à certains , le son de film de guerre, s’est malheureusement déroulée à Las Végas, grande ville américaine où la vente d’armes est en vente libre à tout à chacun. Revenir à ce cas épineux est chose impossible dans un pays où les pouvoirs de lobby de vente d’arme aux USA est tellement puissant, second amendement de la constitution américaine , revenir en arrière est impossible. Par contre, des solutions existent. Je pense que des contrôles sur les acquéreurs d’armes devraient êtres plus approfondis. Nonobstant le fait de présenter un document d’identité , qui ne présente  aucune garantie quant à la folie meurtrière de certains , je crois qu’il serait préférable de vendre des armes , de moindre envergure, permettant, et c’est là le but, de se protéger et ne pas fournir un matériel de guerre , de fusils d’assaut, de mitrailleuses, etc…. Lors de cette dernière fusillade dans un hôtel de Las Végas , au 32ème étage, cet assassin , armé d’un arsenal , canardait à l’aveugle, une manifestation festive de jeunes, à plus de 300 mètres et faisant 59 morts et plus de 500 blessés. Avec un contrôle préalable de vente d’armes, faire une tuerie de cette ampleur avec un simple Béretta ou autre révolver, serait du domaine de l’impossible. Bien entendu, sous le manteau, le trafic existera toujours, mais ne rien faire, c’est permettre à qui le veut, suivant son état psychologique, ses aspirations, de faire un carton , sur des innocents, où il le veut et quand il le veut. Alors, c’est une aiguille dans une immense botte de foin , mais ma pensée va à cette jeunesse , terrassée à l’aube de leur vie, par la folie meurtière d’un homme , sur lequel j’aimerais savoir le pourquoi de son acte. Mais là ?

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel