Accueil Anne Roberge Sortez le ramasse-poussière

Sortez le ramasse-poussière

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Faut-il pleurer le départ de Boisclair?
Faut-il simplement s’en émouvoir?
Est-ce important?
S’en souviendra-t-on dans six mois?

La politique est dure, rude, cruelle, implacable. André Boisclair en a fait son carré de sable, et il a perdu.

Les vieux bonzes de son parti n’acceptent pas la défaite cruelle du 26 mars. Facile, on accuse le chef.

Qu’arrivera-t-il alors quand celui ou celle qui le remplacera, encaissera une défaite encore plus grande au prochain scrutin?

Vieux*, usé, démodé, le Parti québécois est devenu un club de belles-mères irascibles et détestables.

Plus que le chef qu’il faut changer, c’est le parti qu’il faut dépoussiérer. Ça sera long et pénible.

* Les vieux péquistes vont hurler, mais pour les jeunes de trente ans et moins, le PQ est un vieux parti, comme l’Union nationale dans les années 60.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message