Accueil Anne Roberge Des pacifistes qui brandissent la photo d’un dictateur

Des pacifistes qui brandissent la photo d’un dictateur

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Nos soldats qui partent en mission en Afghanistan le font sous l’égide de l’ONU, de l’OTAN, et d’une demande d’aide du gouvernement élu d’Afghanistan.

L’armée canadienne est là-bas pour défendre nos valeurs. Ce pays était terrorisé par les Talibans, qui font sauter les écoles des filles à la bombe, abattent les femmes députées, et bombardent au canon, des monuments du patrimoine culturel mondial. Des fous furieux qui abritent des écoles de terroristes qui rêvent d’en découdre avec l’Occident.

Les militaires canadiens, et d’une trentaine d’autres pays, sont là pour aider les hommes et les femmes qui veulent vivre libres et en sécurité. Ce sont des libérateurs. Ils sont là pour établir et garantir la paix.

Que des pacifistes soient contre cette mission, c’est leur droit. Ils sont chanceux, car ils peuvent manifester librement, contrairement aux Afghans sous les Talibans. Mais ce n’est pas en hurlant et en invectivant nos soldats et leurs familles que leur message va passer.

Les pacifistes déchaînés mènent le mauvais combat en visant les soldats et leurs familles. Nos soldats font leur devoir.

Ces pacifistes mènent aussi le combat au mauvais endroit, car les décisions se prennent à Ottawa. Par notre Parlement de députés élus.

Hier, à Québec, leur comportement était désolant et déprimant. Voir des pacifistes parader en brandissant la photo de Mao Tsé Tung, un des plus grands tyrans du 20e siècle, qui a étouffé son peuple pendant des décennies, empêchant toute liberté, c’est signe d’une ignorance crasse.

L’ignorance est dangereuse et on devrait enseigner l’histoire dans nos écoles.

Certainement, je veux la PAIX, par contre, je salue bien haut les soldats, ces hommes et femmes, qui quittent enfants et familles, pour aller aider des gens plus démunis.
Ces gens ont choisi leurs voies.
Ils acceptent d’aller, peut-être, y laisser leurs vies…
Et c’est tout à leur honneur.

Je les en remercie!

Et à ceux qui manifestent contre la guerre, je veux bien les comprendre, mais je pense qu’ils sont à côté de leurs pompes…

Il faut être là, où on a besoin de nous! Et c’est là!!!

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message