Accueil André Moreau - en liberté Meurs, écœurant!

Meurs, écœurant!

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Trois années passèrent avant que ma chance se présente.

Il y avait au département de philosophie où j’étudiais, un vieux dominicain décrépit, nommé le père Lachance et qui aimait me ridiculiser aux yeux de mes confrères plus orthodoxes que moi. Le bonhomme traînait dans les corridors son air de vieux sage rabougri pendant que son corps pourrissait lentement.

Je me rappelle encore qu’il avait dit, en se moquant de moi, devant des religieuses, parce que je soutenais que la matière n’existait pas : «Ne l’écoutez pas, mes sœurs. Ce n’est qu’un sophiste. Il croit que le plancher sur lequel il marche n’est qu’une idée dans sa tête ».

Et les sœurs, qui étudiaient la philosophie avec moi de rire en cœur, car c’était la première fois qu’elles avaient la chance de pouvoir m’abaisser sans que je puisse riposter.

Or, il arriva que cet emmerdeur en soutane tomba gravement malade et dû être transporté à l’hôpital.

Comme il approchait de ses derniers jours, mes condisciples me demandèrent si j’allais me rendre à son chevet. Je leur répondis que je n’en ferais rien, car je songeais plutôt à précipiter le moment de sa mort qu’à lui accorder les consolations qu’on accorde aux moribonds.

Quelques jours plus tard, je réfléchis à ce que je devais faire à son sujet et j’utilisai toute ma force mentale pour l’achever dans son lit de souffrances en m’écriant d’un ton jubilatoire : «Meurs, écœurant !» Curieusement, cette fois-là, je n’eus aucun remord. J’étais enfin délivré.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel