Accueil André Moreau - en liberté 140 fois, mon père

140 fois, mon père

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

J’avais quinze ans. J’organisais dans ma tête des scénarios de contre-attaque destinés à neutraliser le pouvoir qui me torturait.

Il me fallait détruire le psychisme des tortionnaires en soutane. L’occasion m’en fut donnée une première fois lorsque je me retrouvai au confessionnal, obligé d’avouer des fautes à l’égard desquelles je ne me sentais pas coupable le moins du monde.

Ce jour-là, le prêtre me demanda si j’avais des péchés à avouer. Je lui répondis que je m’étais masturbé un certain nombre de fois.

Il me demanda : combien de fois, mon fils? Je décidai de porter le grand coup et de ruiner son système nerveux. Je répondis : 140 fois mon père!

J’entendis un remue-ménage dans l’espace réduit que le prélat occupait, comme s’il venait de se frapper à la fois le genou et la tête. « Mon fils, s’exclama-t-il, vous allez devenir gravement malade! » Je lui répondis que je préférais ne plus me trouver en sa présence.

Je lui demandai s’il pouvait me transmette sa bénédiction à distance. Mais il était trop troublé pour me répondre par oui ou par non et il ajourna notre rencontre, sans doute avec l’espoir de ne plus jamais tomber sur moi.

Je sortis du confessionnal assez fier de moi en me promettant de récidiver.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel