Accueil À la rencontre de Jésus Les disciples: des hommes ordinaires

Les disciples: des hommes ordinaires

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

 

Évangile selon Marc

Le levain des Pharisiens et d’Hérode 8,14-21

Jésus n’est pas toujours tendre avec ses disciples. Comme la fois où ces derniers « avaient oublié d’emporter des pains, ils n’en avaient qu’un seul avec eux dans la barque ». Comme de raison ceux-ci se mirent à se disputer entre eux pour savoir à qui la faute. Alors Jésus se fâche. Pas à cause de leur étourderie mais plutôt parce qu’ils en font un drame en oubliant que, pour Jésus, le pain de blé sur lequel ils se lamentent n’est qu’une pâle représentation du pain de vie qu’il a rompu tout récemment pour nourrir des milliers de personnes (8,1-10). Ne comprenez-vous pas encore où loge l’essentiel? Allez-vous encore longtemps vous laisser obnubiler par la façon de voir des Pharisiens et des mécréants comme Hérode? « Ne saisissez-vous pas? Avez-vous l’esprit bouché? Vous avez des yeux, ne voyez-vous pas? Vous avez des oreilles, n’entendez-vous pas? »

Qui est le plus grand? 9,33-37

Les disciples sont bien humains, avec leur vanité et leur ambition démesurée. Jésus les surprend un jour en pleine chamaillerie. « De quoi discutiez-vous en chemin? Mais ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir lequel était le plus grand. » Jésus en profite alors pour leur donner une leçon d’humilité : « Si quelqu’un veut être le premier, il doit être le dernier de tous et le serviteur de tous ». Puis, posant un geste émouvant, « il prit un petit enfant et le plaça au milieu d’eux ; il le serra dans ses bras et leur dit : Celui qui reçoit un enfant comme celui-ci par amour pour moi, me reçoit moi-même ».

La demande de Jacques et Jean 10,35-45

Les disciples ne comprennent pas vite! Jésus vient de leur dire (9,35) que dans le monde dont il annonce la venue, l’amour du pouvoir et du prestige n’a pas sa place. Et pourtant, deux d’entre eux osent encore lui demander de les élever au plus haut rang : « Quand tu seras dans ton règne glorieux, accorde-nous de siéger à côté de toi, l’un à ta droite, l’autre à ta gauche ». Jésus fait alors comprendre à ses disciples que dans le monde où règne l’amour de Dieu la véritable grandeur consiste à s’entraider les uns les autres : « … si l’un de vous veut être grand, il doit être votre serviteur, et si l’un de vous veut être le premier, il doit être l’esclave de tous ».

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message